Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

EN IMAGES - Des milliers de motards manifestent pour avoir le droit de rouler entre les files de voitures

-
Par , France Bleu

14.700 motards ont manifesté partout en France pour réclamer le droit de rouler entre les voitures, à l'appel de la fédération française des motards en colère, ce samedi 20 février.

Manifestation à Lyon, ce samedi 20 février.
Manifestation à Lyon, ce samedi 20 février. © AFP - Nicolas Liponne / Hans Lucas

Se faufiler entre deux files de voitures est une pratique assimilée aujourd'hui à un dépassement par la droite, passible de 135 euros d'amende et d'un retrait de trois points sur le permis de conduire. Cette circulation inter-files des deux-roues était expérimentée depuis 2016 dans 11 départements afin de tenter d'encadrer cette pratique très répandue chez les motards et globalement tolérée par les forces de l'ordre. Mais pour le CEREMA (le Centre d'études et d'expertises sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), en charge de l'évaluation de cette expérimentation qui s'est terminée le 31 janvier, le bilan de l'accidentalité est "décevant" : un rapport "montre que l'accidentalité des deux-roues motorisés a augmenté de 12% sur les routes où l'expérimentation de la circulation inter-files (CIF) a eu lieu alors qu'elle a baissé de 10% sur les autres routes des départements concernés", écrit-elle dans un communiqué.

"Les conclusions du rapport du CEREMA ne permettent pas de pouvoir intégrer aujourd'hui la circulation inter-file dans le Code de la route", indique le ministère de l'Intérieur. Une nouvelle expérimentation pourrait voir le jour. Mais pour la Fédération française des Motards en colère (FFMC), cette pratique est "pertinente quand bien pratiquée". Elle a donc lancé un appel à manifester, ce samedi 20 février, partout en France.

00 motards ont manifesté ce samedi à Périgueux.
00 motards ont manifesté ce samedi à Périgueux. © Radio France - Théo Caubel

Malheureusement, encore une liberté de moins.

"Ça fait plusieurs années qui nous demandons cette légalisation parce que c'est une pratique qui se fait depuis toujours", explique Monique Stotz, la présidente de la FFMC dans les Alpes-Maritimes, lors du rassemblement à Nice. Une pratique moins dangereuse pour les deux-roues selon elle, et qui "permet de fluidifier la circulation".

Des centaines de personnes venues des Pyrénées-Orientales et de l'Aude se sont aussi retrouvées au Parc des expositions de Perpignan pour protester. "L'intérêt d'avoir une moto c'est de pouvoir se faufiler, en toute prudence bien sûr", relève l'un des manifestants. "Malheureusement, encore une liberté de moins", déplore-t-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Plus de 1.000 motards se sont également rassemblés à Valence

Les motards se sont donnés rendez-vous devant la préfecture de Valence (Drôme) ce samedi matin.
Les motards se sont donnés rendez-vous devant la préfecture de Valence (Drôme) ce samedi matin. © Radio France - Claire Leys

A Périgueux, ils étaient environ 400, juchés sur leurs deux-roues. Ils sont venus protester contre la décision du gouvernement mais plus globalement contre le rapport du Conseil national de la sécurité routière. Il préconise notamment de modifier les plaques d'immatriculation des deux roues, de rendre le port du casque intégral obligatoire et "d'encourager les assurances à utiliser un système pour connaître la manière de circuler des motards", selon Didier Vedeau, le secrétaire départemental de la FFMC 24. "Ce sont des mesures qui sont faites par des gens qui ne sont pas motards et qui visent à nous brimer."

Des centaines de motards étaient aussi rassemblés à Toulouse, Rouen, Lyon ou encore à Avignon. Ils étaient 6.000 à Paris. Au total, ils étaient 14.700 partout en France, a appris franceinfo auprès du ministère de l'Intérieur.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess