Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des Montpelliérains "anéantis" par un projet de construction d'immeubles à Celleneuve

-
Par , France Bleu Hérault

Le 4 novembre 2020, la Ville de Montpellier a délivré un permis de construire de deux immeubles de six étages dans le quartier Celleneuve. Ces tours, qui abriteront 44 logements, seront implantées à quelques mètres de la résidence Léo Malet. Ses habitants sont anéantis.

80% des arbres plantés sur les deux parcelles devraient être rasés.
80% des arbres plantés sur les deux parcelles devraient être rasés. © Radio France - Clara GUICHON

Abdelkader Smaïl a découvert le permis de construire un jour de novembre 2020. L'écriteau l'a anéanti. Deux immeubles de six étages devraient être construits sur la parcelle qui jouxte sa résidence, Léo Malet, dans le quartier Celleneuve à Montpellier. Ces tours devraient abriter 44 appartements. 

"Je n'oublierai jamais le jour où je l'ai appris, c'était traumatisant, avoue-t-il. Je me suis assis là, par terre. J'étais effondré. Mes voisins sont rentrés un-à-un, je les ai tous prévenus. La moitié d'entre eux m'ont dit toute suite : 'Si c'est ça, je ne veux plus vivre ici, je déménage.'

Abdelkader Smaïl et Franck Barbier se battent contre ce projet.
Abdelkader Smaïl et Franck Barbier se battent contre ce projet. © Radio France - Clara GUICHON

"On a besoin d'intimité dans sa propre maison. Toutes les personnes qui ont vécu le confinement le savent." - Abdelkader Smaïl, habitant de la résidence Léo Malet depuis cinq ans

Les deux immeubles seront implantés à deux pas de la résidence. L'ombre portée du bâtiment recouvrira les huit maisons mitoyennes. Les appartements donneront directement sur la terrasse, le salon et les chambres de leurs logements. Les habitants n'auront plus aucune intimité.

"Avant, j'ai vécu dans un HLM à la Mosson. Si on construit ces immeubles, j'aurai l'impression qu'on me renvoie là-bas" - Abdelkader Smaïl, habitant de la résidence Léo Malet

Franck Barbier a découvert la résidence Léo Malet en 2019 : un "petit coin de paradis", comme il dit. En prenant connaissance de ce projet, il a pensé déménager. Quand les deux immeubles sortiront de terre, sa terrasse ne verra plus le soleil. Et surtout, il craint le vis-à-vis. "Quand on sera dans notre salon ou quand on mangera sur notre terrasse, tous les voisins pourront regarder ce qu'on fait", décrit le papa de 42 ans.

Un désastre écologique

Avec la hauteur des immeubles, la résidence Léo Malet sera dans l'ombre. Il faudra chauffer davantage, éclairer plus longtemps. Le chantier prévoit également de raser 19 des 25 arbres aujourd'hui implantés sur le chantier. "C'est notre seul îlot de verdure, si on nous enlève ça, on n'a plus rien, déplore Abdelkader Smaïl, je ne vois rien de positif."

"Le seul espace de verdure que nous avons, ce sont ces deux parcelles où vont être construits ces immeubles" - Abdelkader Smaïl, habitant de la résidence Léo Malet

Autre incompréhension pour Franck Barbier : pourquoi la Ville n'a-t-elle pas pensé aux services publics du quartier ? Les écoles, les crèches, la Maison pour tous et le tramway sont déjà bondés. Selon lui, ramener 44 familles de plus ne ferait que surcharger ces infrastructures.

Les familles sont inquiètes par ce projet

Les familles de la résidence Léo Malet sont soutenues par le comité de quartier et les associations Montpellier Nord et Non au Béton. Elles ont déposé un recours gracieux au début du mois de janvier 2021 et ont réussi à faire repousser les travaux jusqu'à la fin du mois d'avril. 

Elles ont rendez-vous avec Maryse Faye, chargée d'urbanisme à la Ville, le 21 avril. Les résidents font également tourner une pétition dans le quartier de Celleneuve. Jusqu'ici, elle a recueilli plus de 200 signatures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess