Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Obus abandonnés en centre-ville : le maire de Lorgies envisage de porter plainte

mercredi 29 novembre 2017 à 18:10 Par Claire Mesureur, France Bleu Nord et France Bleu

Depuis le début de l'année, ce sont pas moins de cinq obus qui ont été abandonnés dans le centre du village de Lorgies (Pas-de-Calais). Anne-Marie Lefebvre, le maire du village, exprime son ras-le-bol et envisage de porter plainte.

Photo d’illustration. Ce sont des obus identiques qui ont été découvert à Lorgies
Photo d’illustration. Ce sont des obus identiques qui ont été découvert à Lorgies © Radio France - René Bych

Lorgies, Pas-de-Calais, France

"Je ne sais pas qui peut s'amuser à ce genre de chose", se lamente Anne Marie Lefebvre, le maire de Lorgies. Les obus qui remontent à la surface à l'occasion d'un labour n'étonnent plus les agriculteurs. Mais ils connaissent en général la marche à suivre. Ils les déposent au bord du champ et alertent la mairie pour qu'elle fasse intervenir le service de déminage basé à Arras. Le protocole est suivi à la lettre par les professionnels et il est suivi également par les entreprises qui opèrent des travaux et font ce genre de découverte.

Mais depuis le début de l'année, certains semblent s'affranchir de ces règles. Au mois de mai dernier, la gendarmerie alerte le maire de Lorgies. Une patrouille a repéré un obus abandonné sur le bas côté d'une route qui mène au bois. Les démineurs interviennent et l'engin est neutralisé.

Deux mois plus tard c'est sur un trottoir, dans le centre du bourg, qu'on découvre une autre munition et le service de déminage intervient à nouveau. Et puis l'été dernier, au mois de juillet, c'est l'agent municipal qui s'étonne de la présence d'un morceau de métal dans le bac à fleurs qu'il est en train d'arroser. Un nouvel obus ! Enfin samedi dernier, il y en avait deux dans un autre bac à fleurs !

Un collectionneur ?

Cette fois, c'en est trop pour Anne-Marie Lefebvre : "L'année dernière, deux voitures ont heurté les bacs à fleurs qui servent de chicane pour ralentir la circulation, se souvient le maire de Lorgies, je n'ose pas imaginer ce qui se serait produit s'ils avaient contenu des obus". Des engins qui n'étaient pas démilitarisés et donc potentiellement dangereux.

"Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un agriculteur*_"_ analyse le maire. Anne Marie Lefebvre croit davantage à un *"collectionneur qui voudrait se débarrasser de son stock. Mais dans ce cas, qu'il nous appelle on s'arrangera avec les démineurs". La gendarmerie a été alertée et l'élue pense maintenant à déposer une plainte.