Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation
Dossier : L'éducation : un enjeu électoral 2017

Orléans: des parents d'enfants handicapés sans solution à la rentrée

-
Par , France Bleu Orléans

Colère des parents d'enfants handicapés ! Au Jardin d'Enfants Spécialisé (JES) de l'Adapei, 8 familles sur 15 n'ont pour l'instant pas de place à la rentrée prochaine dans un établissement spécialisé.

Jade, 5 ans, risque de ne pas avoir de place dans un établissement spécialisé l'année prochaine.
Jade, 5 ans, risque de ne pas avoir de place dans un établissement spécialisé l'année prochaine. © Radio France - Etienne Escuer

Orléans, France

Passé l'âge de 6 ans, les enfants handicapés n'ont plus la possibilité de rester au Jardin d'Enfants Spécialisé. Ils sont censés rejoindre un institut médico-éducatif (IME) jusqu'à leur 20 ans. Problème, dans le Loiret, tous sont complets. Et la situation ne va en s'améliorant : 150 personnes étaient sur liste d'attente il y a encore quelques années. Aujourd'hui, elles sont 280 dans cette situation.

"L'Etat n'assure pas son rôle"

Parmi les parents inquiets, Julien et sa femme. Leur fille, Jade, 5 ans, est atteinte de polyhandicap. Elle risque de se retrouver sur liste d'attente l'année prochaine. Julien envisage donc de quitter son travail pour s'occuper d'elle. Il est en colère envers les services publics : "Je ne comprends pas pourquoi un enfant dit normal aurait droit à l'école républicaine, gratuite et obligatoire, tandis que pour nous, on répond qu'il n'y pas de place, pas d'argent ! Pourquoi continuer à payer des impôts, alors ?"

"Les mêmes droits pour tous les enfants" - Julien, parent d'enfant handicapé

Pas assez de places dans les établissements pour adultes

En France, il manquerait 47.000 places dans des établissements adaptés pour les personnes en situation de handicap, essentiellement pour les adultes. Mais cela a des répercussions dans les instituts médico-éducatifs, qui accueillent des enfants. Michel Borel, président de l'Adapei 45, explique que ces établissements reçoivent normalement les jeunes jusqu'à 20 ans. Faute de places ailleurs et en vertu d'une dérogation, certains adultes y restent pourtant encore quelques années. "On a un jeune de 27 ans", détaille Michel Borel. "Sur nos 4 IME, 64 jeunes sont maintenus parce qu'ils ne trouvent pas de places dans des structures adultes. Ces personnes, si on leur trouve une place dans un établissement pour adultes, ça libère plus de 60 places pour des enfants."

L'Adapei lance désormais un appel aux politiques. Lundi, les 78 candidats loirétains aux élections législatives sont invités à une réunion. L'association espère pouvoir compter sur le nouveau gouvernement. Emmanuel Macron avait en effet fait du handicap un thème fort de sa campagne.

"On attend beaucoup du gouvernement" - Michel Borel, président Adapei 45

La création d'un Secrétariat d'État aux Personnes handicapées, directement rattaché au Premier Ministre, est en tout cas un signe fort selon l'Adapei. C'est Sophie Cluzel, mère d'un enfant atteint de trisomie et présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (FNASESH), qui a été nommée à ce poste.

  - Aucun(e)

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu