Société

Des particules fines dans l'air périgourdin

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord vendredi 20 mars 2015 à 16:34

Pendant cet épisode de pollution à l'ozone, il est recommandé de limiter l'usage de la voiture.
Pendant cet épisode de pollution à l'ozone, il est recommandé de limiter l'usage de la voiture. © MaxPPP

Depuis quelques jours le nord de la France subit un épisode de pollution de l'air aux particules fines. La Dordogne est elle aussi touchée. La préfecture vient de déclencher le premier niveau d'alerte.

Le phénomène de pollution aux particules fines qui touche le nord de la France depuis le début de la semaine vient d'atteindre le sud ouest. La Dordogne n'est pas épargnée c'est pourquoi la préfecture du département vient de déclencher le premier niveau d'alerte en la matière. Il s'agit d'une procédure "d'information et de recommandations" valable jusqu'au samedi 21 mars .

Cet épisode de pollution aux particules fines (PM10) s'explique par plusieurs facteurs. D'abord le déplacement vers le sud d'un anticyclone qui transporte avec lui de nombreuses particules . L'activité agricole un peu plus intensive en raison du retour des beaux jours, la circulation sur les routes et les chauffages qui fonctionnent encore y sont aussi pour beaucoup.

Indice de la qualité de l'air à Périgueux

La préfecture explique que cette pollution peut entraîner des difficultés respiratoires (toux, asthme, essoufflement) mais aussi une irritation des yeux et de la gorge . Les personnes vulnérables (femmes enceintes, enfants, personnes âgées et malades) doivent donc limiter leurs déplacements.

Les services de l'Etat dressent une série de recommandations :

Diminuer de 20 km/h les vitesses par rapport aux vitesses maximales autorisées sur les voiries non-urbaines. Utiliser le covoiturage et les transports en commun .Limiter les transports routiers de transit et de livraison et réduire l'usage des véhicules diesel non équipés de filtres à particules. Arrêter les feux de cheminée en appoint .Réduire les émissions les rejets, reporter le redémarrage d'unités à l'arrêt, réduire les chantiers générateurs de poussières et réduire l'utilisation des groupes électrogènes.Il est enfin recommandé de décaler les opérations de nettoyage des silos et de reporter l’écobuage , les brûlages dirigés et les opérations de brûlages à l'air libre des résidus ou sous-produits agricoles et forestiers sauf en cas de problème sanitaire avéré. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les sites internet d'Airaq et de l'Agence régionale de santé.