Société

Des patients victimes d'AVC portent plainte contre l'hôpital de Strasbourg

France Bleu Alsace samedi 1 février 2014 à 10:18

Le nouvel hôpital civil de Strasbourg
Le nouvel hôpital civil de Strasbourg © Radio France

Ils dénoncent la "négligence, l'imprudence et la mise en danger délibérée d'autrui" après un décès et deux paralysies. En cause : des délais d'attente qui seraient trop longs pour passer une IRM.

Les hôpitaux universitaires de Strasbourg sont sous le coup d'une plainte pour "négligence, imprudence et mise en danger délibérée de la vie d'autrui."

Par la voix de l'association Optim'AVC, forte de 130 membres, les patients victimes d'accident vasculaire cérébral (AVC) et leur entourage dénoncent un délai d'attente trop long pour passer une IRM.

Des patients paralysés à 80%

L'imagerie par résonnance magnétique est une étape essentielle dans le diagnostic de l'AVC. Selon l'Agence régionale de santé, chaque jour en Alsace, 11 patients sont hospitalisés pour un AVC.

Certains, faute d'avoir été traités à temps selon eux, se retrouvent paralysés à 80%. C'est le cas d'Emilio, 60 ans. En mars 2013, il présente les premiers symptomes d'un AVC. Il n'a eu accès à une IRM que trois semaines plus tard. Il se dit "dégoûté" . "Les médecins pouvaient m'éviter cela."

Emilio a dû attendre trois semaines pour une IRM

A l'hôpital, un neurologue soutient les patients et pointent du doigt les "dysfonctionnements du service depuis 2008" .

L'hôpital dément

La direction des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg dément. Selon le directeur général par intérim, François Lanot, "l'unité neuro-vasculaire de Strasbourg fait partie des plus performantes de France. S'il y a un retard à la réalisation de l'IRM, ce n'est pas par manque de moyen, mais parce que le diagnostic n'a pas été posé à temps."

François Lanot : "l'unité neur-vasculaire de Strasbourg est l'une des plus performantes de France"

La polémique autour de l'hôpital de Strasbourg est partie d'une enquête du journal en ligne Mediapart.

Partager sur :