Société

Des places d'accueil d'urgence supplémentaires, en Indre-et-Loire, pour aider les SDF pendant l'hiver

Par Boris Compain, France Bleu Touraine mardi 18 octobre 2016 à 6:00

Le renforcement des maraudes de la Croix-Rouge et de l'Entraide Ouvrière fait partie du dispositif hivernal (image d'illustration)
Le renforcement des maraudes de la Croix-Rouge et de l'Entraide Ouvrière fait partie du dispositif hivernal (image d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Du 1er novembre 2016 au 31 mars 2017, les capacités d'accueil et d'hébergement d'urgence pour sans-abris sont renforcées : il y a 40 places de plus que l'hiver précédent, et presque 100 de plus que le reste de l'année.

L'indre-et-Loire renforce encore ses capacités d'accueil d'urgence pendant l'hiver. Le préfet Louis Le Franc a présenté hier le dispositif qui sera en vigueur entre le 1er novembre et le 31 mars prochain : Il comprendra 40 lits de plus que l'hiver précédent, et une petite centaine de places de plus que ce qui est disponible durant le reste de l'année.

Chaque nuit, le numéro d'urgence 115 n'a pas de solution pour environ 120 personnes

Le préfet a demandé aux bailleurs sociaux de trouver 40 à 60 places d'hébergements supplémentaires, pour cet hiver. En plus de ça, 35 places de mises à l'abri, pour une ou deux nuits, seront disponibles. Une certitude : ce dispositif sera insuffisant pour répondre à tous les besoins, puisqu'il y a actuellement, chaque nuit, 120 personnes à qui le numéro d'urgence, le 115, ne peut apporter aucune solution d'hébergement. Le préfet le reconnait, mais il affirme qu'il n'a pas les moyens de faire mieux : dans notre département, l'état consacre déjà 8 millions d'euros par an pour l'hébergement d'urgence.

"Même si les financements sont en augmentation d'année en année, ça ne suffit pas" Louis le Franc

C'est Thierry Gheeraert qui gère le 115, pour l'entraide ouvrière. Même si il sait que ce dispositif sera saturé en permanence, il estime que les choses progressent dans le bon sens, en Indre-et-Loire. Il affirme notamment que la coopération entre les services de l'état et le monde associatif est meilleure que depuis bien longtemps.

"On a possibilité d'ouvrir des places en plus pour les situations dramatiques" Thierry Gheeraert

Si l'hiver est particulièrement rude, des gymnases pourront être ouverts. Le préfet d'Indre-et-Loire prévient également qu'il n'hésiterait pas à réquisitionner des chambres d'hôtels, ou des logements vacants appartenant à des collectivités.

Partager sur :