Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des plaques en l'honneur des déportés à Fontenay-sous-Bois

dimanche 29 avril 2018 à 19:06 Par Pierre Coquelin, France Bleu Paris

La commune de Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne, a décidé de rendre hommage à ses habitants déportés durant la Seconde guerre mondiale. un hommage qui prend la forme de plaques de laiton scellées devant leurs maisons. Une première en Île-de-France.

La commune a inauguré neuf plaques à l'occasion de la Journée de commémoration des victimes de la Déportation ce dimanche
La commune a inauguré neuf plaques à l'occasion de la Journée de commémoration des victimes de la Déportation ce dimanche © Radio France - Pierre Coquelin

Fontenay-sous-Bois, France

Sur les pavés, la mémoire. Ils s'appelaient Szlama, Moszek, Lyba ou Estera... Ils avaient entre 17 et 68 ans. Des Fontenaysiens déportés parce qu'ils étaient juifs ou résistants. "Devant leur maison, on dépose une petite plaque, en rappelant qu'ici habitait telle ou telle personne, et ce qui lui est arrivé, explique Loïc Damiani, adjoint au maire délégué au patrimoine historique. L'idée est de montrer que ces gens ont vécu, qu'ils ont été des citoyens plein de vie. _C'est aussi une manière de faire réfléchir les gens_. Pour l'instant on a plus de 80 adresses sur les 165 déportés".

"La bête immonde n'est pas morte"

Une commémoration qui trouve un écho avec l'actualité de ces dernières semaines, avec notamment le meurtre de Mireille Knoll. "On ne doit jamais lâcher, confie Azzedine Ben Yacoub, président départemental du comité des enfants déportés parce que nés juifs. Paul Eluard disait "si l'écho de leur voix faiblit, alors nous périrons". La bête immonde n'est pas morte. On doit combattre l'antisémitisme, le racisme... par le vivre-ensemble et par cette transmission. Il faut garder espoir". 

"Ici habitait...". Des petites plaques en laiton d'une dizaine de centimètres avec quelques mots - Radio France
"Ici habitait...". Des petites plaques en laiton d'une dizaine de centimètres avec quelques mots © Radio France - Pierre Coquelin

Ces pavés de la mémoire ont déjà été mis en place dans d’autres villes d’Europe : en Allemagne, en Belgique, ou encore aux Pays-Bas... et en France depuis 2013. Fontenay-sous-Bois est la première commune à en installer en Île-de-France.

La commune du Val-de-Marne a recensé 165 Fontenaysiens déportés durant la Seconde guerre mondiale. Elle souhaite réaliser une plaque pour chacun d'eux "dans les prochaines années". Seuls 31 habitants sont rentrés vivants de l'enfer des camps nazis.