Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : La sécurité : un enjeu électoral 2017

Des policiers manifestent devant le commissariat de Thionville pour "avoir plus de temps en famille"

lundi 27 mars 2017 à 17:47 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

Une quarantaine de policiers se sont rassemblés devant le commissariat de Thionville ce lundi midi, pour dénoncer une nouvelle organisation de travail au sein des patrouilles Police Secours. Déjà sous tension à cause de l'état d'urgence, ils voudraient bénéficier d'un week-end de repos sur deux.

Une quarantaine de policiers en colère devant le commissariat de Thionville.
Une quarantaine de policiers en colère devant le commissariat de Thionville. © Radio France - Cécile Soulé

Thionville, France

C'est un fait assez rare pour être souligné: des policiers ont manifesté ce lundi midi devant le commissariat de Thionville (Moselle. Déjà sous tension avec l'état d'urgence, une quarantaine d'entre eux se sont rassemblés à l'appel du syndicat Unité SGP-FO et du collectif libre et indépendant de la police (CLIP) pour dénoncer une nouvelle organisation du travail qui entrera en vigueur le 2 avril prochain. Les policiers qui patrouillent en tenue (Police Secours) souhaitaient un système qui leur aurait permis d'être en repos un week-end sur deux, alors qu'auparavant, ils n'étaient en repos qu'un week-end sur six. Mais leur direction a refusé. Aujourd'hui, ces policiers aimeraient profiter un peu plus de leur vie de famille.

Ce qu'on veut, c'est juste mener à bien nos missions mais également pouvoir rester de bons parents"

Certains policiers sont venus avec leurs enfants devant le commissariat de Thionville, comme Cédric, papa d'une petite fille de 3 ans et demi. Il aimerait bien la voir plus souvent et aurait apprécié d'être un week-end surdeux2 en repos:"On est fatigué, on est usé, nous ce qu'on veut c'est juste mener à bien nos missions mais également pouvoir rester de bons parents. On aurait la possibilité de mettre en place des cycles horaires qui nous permettraient de concilier vraiment vie familiale et un travail efficace".

LIRE AUSSI : Policiers en colère : "Nous demandons une oreille attentive aux candidats"

Aujourd'hui les policiers thionvillois réclament le droit de vivre en famille"

Direction et syndicats ne sont pas d'accord sur les chiffres pour que ce système fonctionne: pour les uns, il faudrait 15 fonctionnaires supplémentaires par exemple à Thionville, mais seulement trois fois moins pour les autres. Même si le nouveau système est plébiscité par une très large majorité de policiers, il a été refusé. Stéphane Morisse, du syndicat Unité SGP-FO dans le Grand-Est, décrit un vrai mal-être des policiers : "On est une profession qui est très marquée par les divorces et les suicides. La police qui manifeste sur la voie publique, c'est très peu commun, aujourd'hui, les policiers thionvillois réclament le droit de vivre en famille".

Le syndicat Unité SGP-FO assure que les commissariats qui ont choisi le système d'un week-end sur deux en repos fonctionnent très bien (C'est le cas dans l'Est de Dijon et Belfort), même s'ils restent minoritaires en France. La direction de la police en Moselle n'a pas souhaité réagir à cette manifestation.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.