Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des policiers proposent des activités aux jeunes dans les quartiers : "on casse les clichés"

-
Par , France Bleu Nord

Dire que les relations entre les jeunes et la police ne sont pas faciles est un euphémisme. Pour que les choses changent, des policiers bénévoles viennent à la rencontre de la population dans les quartiers. L'opération s'appelle "Prox'Raid Aventure", elle fait étape à Lille et Roubaix.

Des policiers bénévoles sillonnent les quartiers pour proposer des activités aux jeunes des quartiers, et ainsi créer du lien. C'est l'opération Prox'Raid Aventure, ici à Lille-Sud.
Des policiers bénévoles sillonnent les quartiers pour proposer des activités aux jeunes des quartiers, et ainsi créer du lien. C'est l'opération Prox'Raid Aventure, ici à Lille-Sud. © Radio France - Cécile Bidault

Rapprocher les jeunes et la police, c'est l'objectif de l'opération "Prox' Raid Aventure". Depuis vingt ans, des policiers bénévoles sillonnent les quartiers en France, et proposent des journées sportives et éducatives

Ce mercredi 26 août, ils font étape à Roubaix, au parc du Nouveau Monde, de 10 heures à 17 heures. Les deux jours précédents, ils étaient à Lille-Sud. La brigade canine a d'abord simulé l'arrestation d'un malfaiteur grâce à un chien de défense et d'intervention.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Tout au long de l'après-midi, les enfants et les adolescents ont participé à plusieurs ateliers : menottage, parcours sportifs avec l'équipement d'un policier sur le dos, boxe...

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Quand on est policier, on n'est pas au-dessus des lois

Il y a eu aussi beaucoup de débats, entre jeunes et policiers. Aurore, brigadier à Saint-Denis, n'hésite pas à "aller au clash, pour déconstruire leurs clichés. Ils arrivent en détestant la police, sans savoir pourquoi. Je leur explique : sur trois millions d'interventions, il y en a peut-être une dizaine où ça se passe mal. Il y a des policiers qui n'ont rien à faire chez nous, mais c'est infime. Quand on est policier, on n'est pas au-dessus des lois".

ECOUTEZ : Aurore, policière en Seine-Saint-Denis, débat avec les jeunes de Lille-Sud

En arrivant, la plupart des adolescents ont une image négative et violente de la police. Inès, Zaïra et Ibrahim, venus d'un centre social du quartier, discutent entre eux : "il y en a qui frappent les innocents. Mais non, ils ne tirent qu'en légitime défense ! Il ne faut pas chercher les policiers, sinon ils vont te mettre en taule".

On apporte notre petite pierre à l'édifice, et on finira par construire un beau monument

Charlotte, policière à Saint-Denis, aide ces enfants à enfiler l'équipement de maintien de l'ordre, et leur explique à quoi sert la matraque : "à se défendre".  Malgré le fossé qu'elle ressent parfois avec les adolescents, la jeune femme est optimiste : "la clé, c'est la communication. En dehors d'être policier, on est des êtres humains. Nous voir dans ce contexte, sans nos gros uniformes, ça améliore l'image de la police. On apporte notre petite pierre à l'édifice, et on finira par construire un beau monument".

On casse les stéréotypes des deux côtés

Nordyn Blidi, coordinateur de Prox'Raid Aventure, lui même fonctionnaire de la police aux frontières de Lille, assure que cela porte ses fruits : "on casse les stéréotypes des deux côtés : l'image que les policiers ont des jeunes, et celle que les jeunes ont des policiers. Après, on ne se fait pas d'illusions, quand ont va dans les quartiers difficiles. Ce ne sont pas les gros méchants qui viennent faire de l'escalade avec nous. Mais sur le long terme, il y a un intérêt à renouveler ces actions".

ECOUTEZ : reportage à Lille-Sud avec l'association Prox'Raid Aventure

Choix de la station

À venir dansDanssecondess