Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des pompiers gardois présents à Paris dans la violente manifestation

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Une soixantaine de pompiers gardois étaient présents à la manifestation qui se déroulait ce mardi à Paris. Ils dénoncent leurs conditions de travail et le manque de reconnaissance à l'encontre de leur professions. Des heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre.

Les pompiers se sont rassemblés à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail
Les pompiers se sont rassemblés à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail © Maxppp - Aurélie Ladet

Les pompiers sont retournés dans la rue ce mardi. Il se sont donnés rendez-vous à Paris ce mardi pour dénoncer leurs conditions de travail, le problème du manque d'effectif. Les pompiers revendiquent également une revalorisation de leur "prime de feu". Parmi les pompiers présents dans la capitale, une soixantaine de Gardois ont fait le déplacement. La manifestation s'est rapidement tendue et des coups ont été échangés avec les forces de l'ordre

Une soixantaine de pompiers gardois présents à Paris

Anthony, pompier de Nîmes, était dans le cortège quand la situation a dégénéré : "Au départ, on suivait l'axe de la manifestation. Dès la première rue, la situation s'est tendue. Les CRS étaient déjà prêts, en ligne, avec les matraques et les les lacrymogènes". Il déplore des blessés parmi ses collègues. "Les gendarmes et les CRS, on se salue avant la manifestation, on discute comme si on était des collègues. Et dès que le cortège s'élance, la situation change complètement, on se retrouve face-à-face. C'est assez alarmant.

La préfecture de police de Paris et le gouvernement dénoncent les "violences barbares" de certains pompiers parmi les manifestants.

Evidemment, tout le monde n'a pas la même lecture de ces affrontements violents.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu