Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - Des prostituées libérées par la police espagnole dans la région de Gérone

lundi 15 avril 2019 à 22:03 Par Sébastien Berriot, France Bleu Roussillon

Une opération organisée par la police nationale espagnole a permis de libérer trois femmes qui étaient forcées à la prostitution prés de Gérone en Catalogne. Une partie du réseau a pu être démantelé

L'opération s'est déroulée dans un club de prostitution de la province de Gérone
L'opération s'est déroulée dans un club de prostitution de la province de Gérone -

La Policia Nacional (police nationale espagnole) a mené ce lundi une opération dans un club de prostitution de la ville de Medinyà dans la province de Gérone en Catalogne. Les forces de l'ordre ont libéré trois femmes étrangères qui étaient forcées à se prostituer. Dans un communiqué, la police précise que cinq hommes ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés d'avoir dirigé un réseau de proxénètes. Une somme de 11 600 euros en liquide a également été saisie ainsi que des voitures et du matériel de luxe (montres et bijoux notamment).

Des femmes attirées par de fausses annonces

Selon une méthode bien connue en Espagne, ces femmes avaient répondu à des annonces publiées sur des sites internet russes, promettant un travail bien rémunéré. Mais en arrivant à l'aéroport de Barcelone, ces femmes auraient ensuite été emmenées dans une maison close de la ville de Medinyà où les proxénètes leur auraient retiré leurs papiers, les obligeant à se prostituer.

C'est un courrier électronique envoyé à la cellule de la police, spécialisée dans la lutte contre la traite des êtres-humains à des fins d'exploitation sexuelle, qui a permis de démarrer l'enquête. Le message dénonçait l'exploitation forcée de plusieurs femmes dans la maison close de Medinyà.

Au moment de l'opération, la police a trouvé 26 femmes de neuf nationalités différentes qui travaillaient dans ce club. Elles ont été dirigées vers une ONG spécialisée dans l'aide aux femmes prostituées.