Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des renforts militaires pour le Futuroscope

mercredi 27 juillet 2016 à 6:00 Par Bastien Deceuninck, France Bleu Poitou et France Bleu

Après l'attentat de Nice, le Futuroscope de Poitiers a reçu des renforts militaires. Depuis mardi, ils sont postés aux entrées du parc pour des missions de sécurisation.

Depuis la mise en place de l'état d'urgence, les sacs des visiteurs sont systématiquement fouillés à l'entrée du parc.
Depuis la mise en place de l'état d'urgence, les sacs des visiteurs sont systématiquement fouillés à l'entrée du parc. © Radio France - Bastien Deceuninck

Avenue du Futuroscope, Chasseneuil-du-Poitou, France

C'est une des conséquences de la prolongation de l'état d'urgence depuis l'attentat de Nice : des militaires sont arrivés depuis mardi pour sécuriser les accès du Futuroscope. Ils viennent épauler les équipes de sécurité déjà mises en place par le parc, ainsi que les gendarmes qui étaient déjà sur place.

Et ils ne passent pas inaperçus devant l'entrée principale du parc : ils sont une dizaine en treillis, gilet pare-balle, casque, et pistolet mitrailleur sur la poitrine. Leur mission principale est de patrouiller aux entrées, mais certains devraient également se rendre à l'intérieur du parc.

La direction du Futuroscope n'a même pas eu à faire de demande de renforts : la décision a été prise directement par les autorités publiques. Ces militaires viennent épauler les gendarmes déjà présents sur place, ainsi que les agents de sécurité recrutés par le parc, notamment pour la fouille des sacs à l'entrée.

Présence rassurante, mais pas de risque zéro

Chez les visiteurs, cette présence militaire rassure. "il y a une menace, c'est certain", estime Nathalie, venue avec sa famille. Mais elle admet aussi que son point de vue a changé : "Avant, cela aurait été choquant, mais maintenant il y a [des militaires] partout. Ça me paraît normal".

D'autres, comme Frédéric, apprécient mais ne se font pas non plus d'illusions : "De toute façon, si vraiment un terroriste veut mettre une bombe, il la mettra. J'habite Paris et je prends les transports en commun tous les jours. On vit comme ça, avec cette crainte".

Aucune date de fin des patrouilles n'est prévue. Elle dépendra certainement de la fin de l'état d'urgence.