Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Rochelle : ils aident des étudiantes précaires à remplir leur frigo

- Mis à jour le -
Par , France Bleu La Rochelle

Ils ont été touchés par le témoignage de deux étudiantes qui peinent à acheter de la nourriture. Trois amis rochelais lancent un appel aux dons sur Internet. Ils décident aussi de leur venir en aide personnellement.

Pascal Nicolas et Philippe entourrent leurs petites protégées Anaïs et Myriam
Pascal Nicolas et Philippe entourrent leurs petites protégées Anaïs et Myriam © Radio France - Catherine Berchadsky

Ils s'appellent Pascal, Nicolas et Philippe, trois amis rochelais ont décidé d'aider deux étudiantes en situation de précarité. Elles n'ont pas toujours les moyens de remplir leur frigo,  d'autant que la crise sanitaire du Covid les a privées de job. Du coup les trois hommes contribuent désormais à leurs besoins et financent également les Restos du cœur sur le campus universitaire.

Myriam au premeir plan , et Anaïs
Myriam au premeir plan , et Anaïs © Radio France - Catherine Berchadsky

Tout est parti d'un reportage télévisé, dans lequel Anaïs, étudiante rochelaise de 21 ans, témoigne de sa situation. C'était en novembre dernier dans l'émission Quotidien sur TMC. Avec un budget de 500 euros par mois et un loyer de 400 euros, elle est obligée de sauter des repas. "J'étais dérangé par le fait que son frigo était vide, qu'elle sautait parfois des repas et que tout simplement Anaïs ne se plaignait pas" raconte Pascal de Latour, qui réalise alors que cette étudiante vit à proximité de chez lui, dans sa propre ville. Très vite, Pascal décide de se mobiliser et de partir à la rencontre de la jeune étudiante, en la pistant jusqu'aux Restos du coeur, sur le campus universitaire.

Anaïs et Myriam ont désormais des tuteurs pour les accompagner

Pascal finit par faire connaissance d'Anaïs, une jeune fille "sérieuse et volontaire" mais qui à cause de la crise du Covid, ne peut plus de donner de cours particuliers à de jeunes enfants pour arrondir ses fins de mois. Anaïs n'a que 500 euros environ pour vivre chaque mois , et un loyer de 400 euros. Ce qui l'oblige à faire des choix, voire à sauter des repas. Mais Anaïs n'est pas seule à vivre dans la précarité.

Pascal ne tarde pas à rencontrer une autre étudiante de 18 ans. Myriam est inscrite elle aussi aux Restos du cœur, et héberge sa petite sœur de 17 ans dans son appartement. Des situations inacceptables pour Pascal qui décide de lancer une première puis une deuxième cagnotte sur Internet pour venir en aide aux étudiants dans le besoin, en finançant les Restos du cœur. Bilan : 7500 euros collectés jusqu'à aujourd'hui.

Mais ému par le sort d'Anaïs et Myriam,  Pascal décide d'aller encore plus loin et mobilise son entourage . Aujourd'hui avec Nicolas Merling et Philippe Tourrette, deux amis, ils jouent les tuteurs auprès des deux jeunes filles.

Rayon fruits et légumes à l'Intermarché de Lafond La Rochelle
Rayon fruits et légumes à l'Intermarché de Lafond La Rochelle © Radio France - Catherine Berchadsky

Un accompagnement financier mais aussi humain

Désormais Anaïs et Myriam vont faire leurs courses une fois par semaine avec leurs bienfaiteurs. Pascal, Philippe et Nicolas leurs allouent à chacune,  50 euros pour faire l'appoint avec le panier des restos du coeur.

"Pour mon quotidien, c'est énorme, j'ai arrêté de sauter des repas " confie Anaïs alors qu'elle vient de déposer une boîte de taboulé dans son chariot en faisant ses courses dans une grande surface. Pendant ce temps, Myriam est au rayon lessive. Elle raconte que de son coté elle n'a pas osé, au début, demander de l'aide aux Restos du cœur, et que beaucoup d'étudiants sont sans doute dans ce cas là.

"230 étudiants sont aujourd'hui aidés par les Restos du coeur sur le campus, contre 80 avant la crise sanitaire" ajoute Pascal de Latour. Une réalité dont ont pris conscience Pascal, Philippe et Nicolas, qui au delà de l aide matérielle qu'ils consentent, veulent aussi accompagner Anaïs et Myriam dans leur vie, non pas comme des parents mais comme des amis, auprès desquels elles trouveront conseils et bienveillance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess