Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Société

Des saisonniers arnaqués par leur patron dans un snack à Torreilles

jeudi 20 août 2015 à 9:10 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Une dizaine de salariés qui travaillaient pour l'été dans le restaurant d'un camping à Torreilles attendent toujours leur paye de juillet. Ils dénoncent de nombreuses entorses au droit du travail.

Une dizaine de saisonniers attendent toujours leur paye de juillet.
Une dizaine de saisonniers attendent toujours leur paye de juillet. © Fotolia.com

La saison s'est terminée plus rapidement que prévue pour une dizaine de saisonniers embauchés dans le restaurant d'un camping de Torreilles en raison d'un patron très très "indélicat " expliquent-ils.Ils dénoncent des salaires impayés, des contrats non respectés et de nombreuses entorses au droit du travail. Lundi dernier, ils ont même trouvé porte close devant le snack.

"On est tombé sur un margoulin, un escroc".

Yohan était cuisinier dans le restaurant. Aujourd'hui, il veut récupérer ce qu'on lui doit : "Toute la période de juillet, j'ai travaillé sept jours sur sept, on faisait des journées de plus de dix heures .

Début août, on a été payé la moitié de ce qu'on nous devait. Au lieu d'avoir un dialogue serein, on s'est fait insulter , il y a une salariée qui s'est fait traiter de merde. Y a plus de dialogue, ou alors des SMS où on nous dit venir chercher notre solde de tout compte, mais ils ne sont jamais à disposition.

Je ne fais pas une saison en travaillant sept jours sur sept pour le plaisir, je m'occupe de mon fils de trois ans tout seul et là, je suis en attente de mon salaire pour payer mon loyer et vivre en septembre comme tout le monde .

Là, on est sur un margoulin, un escroc, car il a rentré beaucoup d'argent et là, c'est vraiment de la malhonnêteté ".

Saisonniers Yohan

"Tu n'es qu'une merde, on paye pas les merdes".

Laura gardera un souvenir très amer de son expérience : "J'ai été embauchée comme serveuse pour basculer en cuisine et finir à la plonge. J'ai été licenciée comme une malpropre , je n'ai pas eu mon salaire de juillet sans compter les heures sup, il me doit plus de 800 euros.

Quand j'y suis allée pour demander mes sous, ils m'ont dit : "tu n'es qu'une merde, on paye pas les merdes". Ce sont des escrocs. J'ai la haine, c'est fatiguant."

Saisonniers PIF Laura

Une partie des salariés floués s'est tournée vers la CGT pour être soutenus dans leurs démarches. Les salariés ont rendez-vous ce jeudi avec la direction du travail. Ils devraient également saisir le tribunal des prud'hommes .

Saisonniers PAF CGT