Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des salariés des finances publiques en grève dans le Calvados

Environ 8 % des agents des finances publiques du Calvados ont fait grève ce mardi. Ils dénoncent les suppressions de poste continues depuis dix ans, alors même qu'ils doivent faire face à la réforme du prélèvement à la source.

Une nouvelle journée de grève pourrait être organisée le  5 février.
Une nouvelle journée de grève pourrait être organisée le 5 février. © Maxppp - Thomas Padilla

Caen, France

Une soixantaine d'agents des finances publiques du Calvados ont répondu présent à l'appel à la grève de l'intersyndicale CGT, Solidaires, FO et CFDT. Ils dénoncent la suppression pour la rentrée prochaine, en septembre 2019, de 23 postes. Des départs à la retraite qui ne seront pas remplacés.

Cette annonce, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour Alain Devaux, le secrétaire de section de la CGT. Selon lui leurs conditions de travail se dégradent depuis des années, ce qui pénalise les usagers : "Cela fait dix ans que la direction générale des services publiques a perdu environ 40 000 emplois en France. Cela représente 300 emplois dans le Calvados. Aujourd'hui 23 suppressions de poste, c'est le risque de nouvelles fermetures de trésorerie." "Affaiblir" les services publics lui semble "inconcevable" en plein mouvement des "gilets jaunes".

Des suppressions depuis dix ans - Alain Devaux

La suppression de postes est d'autant plus difficile à avaler que les agents doivent gérer en ce moment le prélèvement à la source. Alain Devaux connaît le problème, il est contrôleur au service des impôts des particuliers, et s'occupe justement du prélèvement à la source : pour lui, c'est une surcharge de travail : "Il y a beaucoup de monde au guichet, or il est prévu huit suppressions d'emploi dans les services concernés par le prélèvement à la source, ça nous semble incohérent."

Le prélèvement à la source - Alain Devaux

L'intersyndicale se réunira en fin de semaine pour réfléchir à une nouvelle journée de grève, peut-être le 5 février.