Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des séances d'initiation au sauvetage sportif pour les jeunes en situation de handicap

-
Par , France Bleu Cotentin

L'association de sauvetage et d'éducation à la sécurité du Cotentin (Ases) vient d'être agréée pour initier des jeunes non-valides au sauvetage sportif. Il est encore rare de voir des clubs sportifs proposer des activités mixtes entre valides et personnes en situation de handicap.

Né en Australie, le sauvetage sportif s'inspire des missions de sauvetage de manière ludique.
Né en Australie, le sauvetage sportif s'inspire des missions de sauvetage de manière ludique. © Radio France - Mahaut de Butler

Tourlaville, Cherbourg-en-Cotentin, France

Cela faisait un certain temps que le club de sauvetage du Cotentin cherchait à rendre ses activités plus inclusives, quand les membres sont tombés sur une initiative australienne. "Starfish Nipper" permet à des jeunes en situation de handicap de découvrir le sauvetage sportif : une manière ludique de s'initier au sauvetage. Pour le trésorier de l'association, David Pichon, il s'agissait de faire connaître son sport mais aussi le milieu marin "à des jeunes qui n'ont pas forcément l'habitude d'y évoluer." L'Ases Cotentin vient d'obtenir l'agrément, c'est le premier club en France à proposer cette mixité. 

A l'occasion de la première séance vendredi à Collignon, la météo en a rebuté plus d'un. Mais une douzaine de jeunes membres ont bravé le vent et les nuages pour participer aux activités. Richard, 24 ans, est autiste. surtout grand amateur d'activités sportives. "On a surfé, on a nagé, on a appris à sauver quelqu'un en retournant la planche... C'est cette sensation sportive qui me plaît", confie-t-il en sortant de l'eau, avant d'ajouter : "mélanger neurotypiques [les personnes qui ne sont pas autistes, ndlr] et personnes handicapées, ça permet aussi de créer plus de lien et de solidarité".

Pour continuer sur sa lancée et attirer du monde, le club compte organiser très vite de nouvelles séances

Choix de la station

France Bleu