Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des secouristes de Drôme et d'Ardèche cherchent des pompiers disparus dans les ruines du port de Beyrouth

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Les associations Aide Action Internationale Pompiers et Pompiers Mission Humanitaire ont envoyé à Beyrouth une équipe de 9 soignants pour aider les secouristes après la double explosion meurtrière. Ce mardi, ils fouillaient les décombres du port à la recherche de pompiers portés disparus.

Le port de Beyrouth détruit par une double explosion au Liban
Le port de Beyrouth détruit par une double explosion au Liban - Jean-Marc Chesnet

Parmi les neuf personnes envoyées par ces deux associations à Beyrouth, on compte 7 pompiers, médecins, infirmiers de Drôme Ardèche. Jean-Marc Chesnet, pompier au centre de Tain-l'Hermitage, est chef de mission sur place. Le groupe est arrivé ce week-end et a déjà dû s'intégrer dans l'organisation locale des secours, et cela n'a pas été simple : "les contacts ont été durs à trouver, avec un climat qui est celui que vous voyez aux informations." Jean-Marc Chesnet ne veut pas détailler, mais le Liban est secoué par des manifestations et la démission de son gouvernement contesté. "Ce mardi, on a trouvé un contact qui nous a permis d'aller sur le site, et on travaille sur la recherche de 6 pompiers encore portés disparus" explique le Drômois.

Les pompiers libanais qui intervenaient à l'origine pour un incendie sur le port de Beyrouth se sont retrouvés tout près de la double explosion. C'est touchant pour Jean-Marc Chesnet de rechercher des collègues : "c'est vrai que ça rajoute une charge émotionnelle. On est quand même une grande famille, même si c'est dans un autre pays, ça touche. C'est important d'aider les confrères à les retrouver, et puis pour les familles aussi de trouver un signe pour dire que réellement il était là et qu'il est décédé." A l'endroit du port où travaille le groupe de Drômois et d'Ardéchois, près du cratère laissé par l'explosion, il n'y a aucune chance de retrouver des victimes en vie.

Ils recherchent le moindre signe dans les décombres : "le port est en ruine" raconte Jean-Marc Chesnet, "c'est un amas de pierres, de tôles, de structures. Trois pelleteuses travaillent en enlevant un maximum de cailloux, avec une personne à bord de chaque pelleteuse qui regarde s'il n'y a pas de signe, un vêtement ou autre, auquel cas on arrête les pelleteuses et on envoie une équipe pour regarder ce que c'est et s'il y a besoin de chercher plus loin."

Le groupe de secouristes de Drôme Ardèche doit rentrer dimanche en France. Il fera alors un rapport pour établir s'il y a encore des besoins sur place et si il y a nécessité d'envoyer un nouveau groupe à Beyrouth.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess