Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Metz porte plainte après des tags de soutien aux Ouïghours et contre la police sur des statues

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Des tags dénonçant la persécution des Ouïghours et d'autres contre la police ont été retrouvés vendredi matin sur deux statues du centre-ville de Metz, celle du maréchal Ney place de la République et celle du marquis de La Fayette. La mairie de Metz annonce porter plainte.

Les tags, encore un peu visibles sur le socle, ont été effacés dans la journée de vendredi.
Les tags, encore un peu visibles sur le socle, ont été effacés dans la journée de vendredi. © Radio France - Marc Bertrand

Les statues du marquis de La Fayette, et celle du maréchal Ney, en centre-ville de Metz, ont été taguées de plusieurs messages. Les services de la ville ont constaté les dégradations vendredi 31 juillet au matin

"Badaboum les statues"

"Free Ouïghours" a été marqué sur l'une d'elle. Des noms de victimes de la persécution du pouvoir chinois ont également été collés sur un mur du jardin de l'esplanade, contre le Palais de justice de Metz. Sur un autre côté de la statue, a été marqué : "Un flic, une balle, justice sociale"

Sur un troisième, "Badaboum les statues", en référence au mouvement de déboulonnage de statues de la part de militants anticolonialistes, qui protestent notamment contre la célébration de personnages historiques malgré leur rôle dans le système esclavagiste ou colonial de l'époque. Les tags ont été effacés des deux statues ce vendredi, dans la journée. 

"Une atteinte au patrimoine de la ville"

Selon le maire de Metz François Grosdidier, la ville a porté plainte ce samedi. Il souhaite également que des "analyses graphologiques" soient conduites pour retrouver les auteurs des graphitis, des "injures aux forces de l'ordre" et "une atteinte au patrimoine de la ville", assure le maire.  

François Grosdidier affirme également vouloir "réouvrir une sorte de 'pressbook' de ce type de grapheurs pour pouvoir leur imputer leurs oeuvres après-coup, et pouvoir les sanctionner"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess