Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des traces de pollution de l'époque romaine dans les glaces du Mont-Blanc

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Isère, France Bleu

Il y a 5.000 ans, notre atmosphère était déjà polluée par des métaux lourds. C'est ce que viennent de révéler les glaces du Mont-Blanc au terme d'une étude internationale coordonnée par l'Institut des géosciences de l'environnement de Grenoble.

Plusieurs carottes de glace ont été prélevées à 130 m de profondeur dans le glacier du col du Dôme sous le sommet du Mont-Blanc
Plusieurs carottes de glace ont été prélevées à 130 m de profondeur dans le glacier du col du Dôme sous le sommet du Mont-Blanc - Bruno JOURDAIN, IGE-UGA

Saint-Gervais-les-Bains, France

Nos ancêtres les pollueurs ! En étudiant des carottes de glace prélevées à 4.300 mètres d'altitude dans les profondeurs du glacier du col du Dôme sous le sommet du Mont-Blanc, des chercheurs du CNRS de l'Institut des Géosciences de l'Environnement de Grenoble viennent de démontrer que sous l'Antiquité, nos ancêtres les Romains ont longtemps pollué l'atmosphère en plomb et en antimoine, deux métaux lourds toxiques. Décryptage de cette étude avec Michel Legrand, chercheur au CNRS à Grenoble.

Jusqu'à présent on ignorait le degré de pollution en Europe sous l'Antiquité 

Michel Legrand : Que les Romains soient des pollueurs ça c'est déjà relativement connu. Des études avaient été faites au Groenland, mais le Groenland ne donnait pas le degré de pollution en Europe, en zone source, là où il y avait des pollutions. Donc en fait, ce qui manquait jusqu'à maintenant c'était de pouvoir analyser la glace ancienne datant de l'Antiquité dans les Alpes. C'est le seul site où on peut le faire, et c'est ce que l'on a réussi à faire.

"C'est l'activité minière des romains, ou plutôt la manière dont ils traitaient le minerai qui engendrait une pollution atmosphérique" Michel Legrand, CNRS Grenoble

C'est le carbone 14 qui vous permet de dater une glace si ancienne ?

Oui, parce que le carbone naturel, qu'on va retrouver dans la glace, il n'y en a pas beaucoup mais il y en a quand même, c'est essentiellement des petits débris végétaux, de petites particules de végétaux. Et en datant le carbone 14 de ces débris végétaux, on va pouvoir en déterminer l'âge.

Cette étude nous montre, et c'est la première fois que c'est démontré, que _la glace des Alpes a archivé la pollution durant l'Antiquité romaine_, et que c'est la meilleure archive pour comparer cette pollution du temps des romains à la pollution qu'on a connu il y  a une trentaine d'années avec l'essence au plomb.

Les Romains ont-ils pollué moins en quantité mais plus longtemps ? Que nous montre cette comparaison ?

Elle montre que les Romains ont perturbé de manière significative la teneur naturelle en métaux, le "bruit naturel" comme on dit dans notre jargon, d'un facteur 10, que ça reste plus faible que la perturbation liée à l'utilisation de l'essence au plomb, mais attention la perturbation des Romains a duré beaucoup plus longtemps, plusieurs siècles. Ce n'est pas trente ans comme l'essence au plomb.