Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Confinement : des vacances solidaires et studieuses pour des étudiants au Cap d’Agde

-
Par , France Bleu Hérault

80 étudiants venus de toute la France profitent depuis quelques jours au Cap d'Agde de vacances solidaires. L'objectif est de les sortir de leur quotidien en cette période de crise sanitaire. Huit jeunes sur dix disent souffrir du confinement.

Etudiants au Cap d'Agde
Etudiants au Cap d'Agde © Radio France - Stéfane Pocher

Depuis 15 jours, des étudiants de toute la France viennent passer quelques jours de repos dans un centre de vacances au Cap d'Agde dans l'Hérault.  Il s'agit, en fait, de vacances studieuses et solidaires. Une expérimentation lancée par la C.C.A.S,  la Caisse Centrale d'Activités Sociales des Industries électriques et gazières (autrement dit le Comité d'Entreprise d'EDF). 

L'objectif est de permettre aux jeunes d'étudier dans un environnement moins stressant loin de leur studio. Les étudiants ont largement souffert  depuis un an de cette crise avec un isolement imposé mal vécu pour certains. 

80% des jeunes de 15 à 30 ans disent avoir subi des préjudices importants du fait de la crise sanitaire (sondage France Bleu réalisé le 19 janvier 2021)

La C.CA.S dispose de plusieurs centres en France. L'activité est réduite en raison de la crise sanitaire. Le centre du Cap d'Agde, d'une capacité de 1.000 lits, a été le premier dans l’hexagone à proposer ce type de séjour aux étudiants. Jusqu'à une semaine renouvelable sous certaines conditions. 

"Ne vous y trompez pas, il ne s'agit pas de simples vacances'' explique Patrick Coulet, le président du comité d'entreprise Languedoc (CMCAS). "Ces jeunes viennent avec leurs livres. Certains ont des examens dans les prochains jours. Des cours sont proposés quotidiennement". 

Bref des vacances studieuses, au soleil, et au bord de mer. Un cadre bien différent pour ces étudiants. Une grande majorité d'entre eux viennent de la région parisienne. ''Ici les étudiants sont acteurs de leur journée. C'est un peu le concept. Mais c'est surtout l'occasion pour eux de se retrouver dans un autre cadre plutôt que de travailler seul dans leur chambre étudiante."

''L'objectif est de leur donner une bouffée d'oxygène'' dixit Patrick Coulet, le président de la CMCAS Languedoc

Des étudiants sélectionnés par le Secours populaire sur le point d'en profiter

Seuls les enfants des personnels  du CE peuvent aujourd'hui profiter de ces séjours, accompagnés s'ils le souhaitent d'un ou d'une camarade, non-bénéficiaire des œuvres sociales. Mais récemment une convention a été signée avec le Secours populaire pour permettre à des jeunes sélectionnés par l'association caritative de profiter d'un séjour au bord de la méditerranée notamment. 

Une majorité des étudiants en provenance de Paris 

Ces vacances proposées sont prises en charge par la C.M.C.A.S. Les étudiants ont cependant à  leur charge charge la restauration. Des repas sont proposés par le village vacances, à prix réduit, servis en salle en respectant les règles sanitaires imposées.

En raison d'un très grand nombre de demandes, trois autres centres ont depuis été ouverts et proposent des prestations identiques : Les Sables-d’Olonne (Vendée), Kaysersberg (Haut-Rhin) et Anglet (Pyrénées-Atlantiques).

L'expérimentation menée au Cap d'Agde a été prolongée au-delà des vacances d'hiver (jusqu'à fin mars). Il n'est pas exclu de renouveler ces séjours aux vacances de Pâques si la situation perdure.

80 jeunes sont attendus le week-end prochain. Il y en avait autant cette semaine, contre 50 la première semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess