Société

Des viticulteurs sarthois en biodynamie solidaires d'Emmanuel Giboulot.

Par David Malle, France Bleu lundi 24 février 2014 à 17:59

Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite
Emmanuel Giboulot refuse de traiter ses vignes contre un insecte parasite © MaxPPP

Ce viticulteur bourguignon comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Dijon, car il a refusé de traité ses vignes avec un pesticide, comme le veut un arrêté pris par la préfecture de Côte d'Or. En Sarthe, Elisabeth et Benoît Jardin produisent eux aussi en biodynamie, leurs Jasnières et Coteaux du Loir, ils défendent le producteur de Côte-de-Beaune et Haute-Côte-de-Nuits.

Une amende de 1.000 euros, pour moitié avec sursis, a été requise lundi à l'encontre d'un viticulteur bio refusant de traiter ses ceps contre une maladie, position critiquée par la profession, mais soutenue par les écologistes. Le viticulteur de Beaune encourt six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. Le jugement sera rendu le 7 avril.

   Acclamé à sa sortie du tribunal, Emmanuel Giboulot a reçu le soutien de près de 500 personnes rassemblées à Dijon à l'appel d'organisations écologistes.

Elisabeth et Benoit Jardin sont viticulteurs à Ruillé-sur-Loir.  Ils produisent des Jasnières et Coteaux du Loir et  adhèrent au même syndicat "Biodyvin", qu'  Emmanuel Giboulot, le vigneron bourguignon.

Benoit Jardin explique la Biodynamie

Pour Benoit Jardin, les produits chimiques rendus obligatoires  en Bourgogne par le préfet de Côte d'Ord  ne règlent pas du tout, le problème de la flavescence dorée

Benoit Jardin défend son collègue bourguignon

 

Partager sur :