Infos

Des voitures caillassées par des enfants de cinq ans à Marignane

Par Victoria Koussa, France Bleu Provence lundi 24 octobre 2016 à 19:11 Mis à jour le mardi 25 octobre 2016 à 9:53

La voiture d'une agent de la Caf où dessus se trouve un bout de parpaing.
La voiture d'une agent de la Caf où dessus se trouve un bout de parpaing. - CC by Fouzia Barnas

Les employés de la CAF de Marignane (Bouches-du-Rhône) ont retrouvé leurs pare-brises fissurés et leurs pare-chocs abîmés après des jets de pierres venant d'une résidence. Quand ils ont regardé derrière le muret les séparant de la zone d'habitation, ils y ont trouvé... des enfants de cinq ans.

Les voisins du Parc Hélène Boucher à Marignane ont de nombreuses surprises venant des résidents les plus jeunes. Et le cran supérieur a été passé jeudi dernier, lors de la pause de midi.

Certains agents de la CAF dont le parking est situé juste à côté de la résidence, ont retrouvé leurs voitures endommagées par des pierres, très certainement jetées par de très jeunes enfants de moins de six ans.

Des tout-petits sans surveillance

D'après certains voisins, notamment Gérard, un mécanicien qui a un garage sur le parking de la CAF, beaucoup de jeunes enfants sont laissés seuls dans la rue, livrés à eux-même :

"Je ne vais pas attraper un minot de six ans et le taper ! Moi ce que j'aimerais c'est que ses parents puissent avoir un minimum d'autorité et surtout, être responsable !"

Quant à Fouzia Barnas qui travaille à la CAF de Marignane, elle précise que, plus que sa voiture abîmée par des jets de morceaux de parpaings, ce sont surtout le sort de ces enfants laissés seuls, sans surveillance, qui lui importe :

"On est dans une mission de service public à la CAF et notre mission ne s'arrête pas à payer des prestations. C'est aussi l'accompagnement des familles. Et moi en tant que maman, je ne peux pas laisser passer ça."

Une enquête ouverte par la police

Pour que les propriétaires puissent être remboursés de la franchise payée pour réparer leur véhicule, ils doivent retrouver les parents pour faire fonctionner leur sécurité civile.

Gérard, le voisin, a pris des photos des enfants qui auraient lancé ces pierres. Mais pour certains habitants de la résidence, "ces photos ont pu être prises n'importe quand". Les policiers sont en train d'analyser ces clichés dans le cadre d'une enquête.

Reportage au Parc Hélène Boucher à Marignane.

Partager sur :