Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Désengorger le périphérique parisien, c'est possible, affirme une étude Roland Berger

-
Par , France Bleu Paris

Qui utilise le périphérique, comment s'en sert-on et comment pourrait-on améliorer la circulation sur cet axe majeur pour les Parisiens et les Franciliens ? Une étude Roland Berger publiée ce mardi tente de répondre à toutes ces questions.

Comment désengorger le périphérique ?
Comment désengorger le périphérique ? © Maxppp - Guillaume Georges

Le périphérique, axe majeur pour les Parisiens et les Franciliens, pourrait-il être moins encombré ? Oui, répond le cabinet Roland Berger qui sort ce mardi une étude très fine sur le périphérique. Il analyse la situation actuelle et propose des solutions pour désengorger cette voie.

Pour analyser les déplacements porte-à-porte des usagers du périphérique francilien, Roland Berger, cabinet de conseil en stratégie, et Kisio, pôle d'expertise de Keolis, ont exploité les données de localisation GPS d’un échantillon de 20 000 personnes, pendant une période de 53 jours (novembre – décembre 2019).

La fin d'une idée reçue

Contrairement à ce que l'on pense souvent le périphérique est plutôt un moyen de liaison entre Paris et sa banlieue plutôt qu'une frontière affirme l'étude.

"C'est un axe structurant du transport francilien qui permet de relier la capitale au reste du territoire. Avec près de 1,4 million d'usagers par mois et 1,1 million de déplacements par jour en moyenne, le périphérique draine près de 3% des déplacements quotidiens en Île-de-France. A titre de comparaison, 1,2 million de déplacements transitent par le RER A chaque jour", précise le cabinet Roland Berger.

Qui sont les utilisateurs du périphérique

Si les Parisiens sont aussi nombreux à utiliser le périphérique, en proportions, que leurs voisins du reste de l’Ile-de-France, ils ne représentent néanmoins que 18% des usagers de l’infrastructure, et ne génèrent que 22% du trafic, révèle l'enquête. 

Les déplacements des usagers réguliers représentent 50% du trafic sur cet axe, et 75% de ces déplacements sont réalisés au sein de la petite couronne et Paris. 

Le périphérique saturé tous les matins
Le périphérique saturé tous les matins © Maxppp - Arnaud Journois

Un périphérique saturé matin et soir

Le matin le périphérique est saturé tous les jours pratiquement à la même heure. L'engorgement a lieu aux heures de pointe qui génèrent plus de 50% du trafic. Le pic du matin dure seulement trois heures (entre 5h00 et 8h00). Le pic du soir est moins net et s'étale sur cinq heures. Le trafic est plus dense en semaine (du lundi au vendredi) que le week-end (samedi et dimanche), avec une variation de 21%. 

Du monde même la nuit sur le périphérique

La nuit, les déplacements sont beaucoup moins intenses mais toujours très diffus.  Avec un réseau de transports en commun faible la nuit, les usagers se reportent naturellement vers la voiture, les taxis et les VTC. 

Du monde même la nuit sur le périphérique
Du monde même la nuit sur le périphérique © Radio France - FRANCOIS CORTADE

Comme ceux de la journée, la grande majorité des usagers de nuit vivent en petite et grande couronne (71%). Ils sont même plus nombreux à habiter la grande couronne.

Beaucoup de camions sur le périphérique

Les flux logistiques engorgent aussi le périphérique. Chaque année, 200 000 tonnes de marchandises transportées par camions partent ou arrivent en Île-de-France. Selon l'étude, à minima, 10% du trafic sur le périphérique concerne des flux de marchandises.

Quelques unes des solutions proposées dans l'étude 

Ce que l'on pourrait faire pour désengorger notre périphérique

L'étude avance des solutions pour que le périphérique soit un axe plus fluide.

Pour les usagers réguliers, elle propose qu'on crée une offre de transports en commun qui cible ces usagers en petite couronne. Il pourrait y avoir des navettes reliant les zones de petite couronne les plus denses (Vitry/Ivry à Montreuil, Saint Denis ou la Défense) et des navettes de ramassage reliant la petite couronne aux principales portes de Paris.

Il faudrait poursuivre la politique de réduction de vitesse sur le périphérique.

Il faut baisser la vitesse sur le périphérique
Il faut baisser la vitesse sur le périphérique © Maxppp - Arnaud Journois

Réduire la contribution relative au versement transport pour les entreprises en contrepartie de la mise en place d'un système de télétravail régulier pourrait être efficace.

On pourrait introduire des voies réversibles sur les grands axes de circulation approvisionnant le périphérique pour ajuster le nombre de voies à la demande aux heures de pointes (plus de voie vers Paris le matin, moins le soir).

Construire et renforcer l'offre de parking à l'entrée de la ville à associer à une offre efficace de transport public devraient être envisagés.

Pour que les camions soient moins nombreux sur le périphérique, l'étude propose de  limiter les horaires de livraison durant les heures de pointes et d'interdire les livraisons non alimentaires dans Paris intra-muros entre 8h00-9h00 et 17h00-19h00.  

Il faudrait aussi interdire l'accès au périphérique aux poids-lourds en transit dans la journée entre 7h00 et 20h00 mais aussi dédier des voies aux poids-lourds durant certaines heures privilégiées afin de favoriser le report des livraisons qui ont lieu entre 3h00 et 6h00.

Beaucoup de camions sur le périphérique
Beaucoup de camions sur le périphérique © Radio France - Benjamin Illy

Ce que l'on fait à l'étranger  

Aux Etats-Unis, à Détroit, le programme pilote "Night Shift" entre 11h00 et 5h00 du matin en semaine accorde un crédit de 7 dollars sur demande à un usager pour une course en VTC Lyft au départ d'un arrêt de bus. Une initiative lancée en 2018 pour 2.000 courses. 

A Boston, le projet "Smart Signal Districts" a permis de doter les feux de signalisation de capteurs volumétriques pour évaluer en temps réel le trafic routier. Les flux s'adaptent à la fluidité du travail et font diminuer les bouchons.

A San Francisco, sur le pont du Golden Gate, il existe six voies de circulation, qui sont modulables à certaines heures de la journée. Par exemple, le matin, la priorité est donnée aux usagers à destination de la ville de San Francisco avec quatre voies dédiées à ces sens de circulation, contre deux pour le trajet inverse. Lorsque la période de pointe est passée, le pont retrouve sa configuration originale en 2x3 voies. 

Le Golden Gate
Le Golden Gate © Maxppp - Frédéric Cirou

La capitale danoise Copenhague a connecté les feux de circulation au bus de la ville pour qu'ils soient prioritaires. 

A Singapour, les entreprises peuvent avoir des subventions (2.000 dollars par salarié) pour "mettre en œuvre des modalités de travail flexibles" comme des horaires décalés ou du télétravail et désengorger les transports de la ville. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu