Société

Sous le signe de Charlie: les 5e rencontres des dessinateurs de presse à Caen

Par Claire Briguet-Lamarre, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mercredi 9 septembre 2015 à 18:25

Hommage aux victimes de Charlie Hebdo au mémorial de Caen
Hommage aux victimes de Charlie Hebdo au mémorial de Caen © Max PPP

Les 5e rencontres des dessinateurs de presse commencent ce vendredi au Mémorial de Caen. Placées sous le signe de la liberté de la presse, elles avaient été annulées en avril pour des questions de sécurité. Une quarantaine de dessinateurs seront là, dont le Normand Chaunu, au coeur d'une polémique.

La manifestation devait en principe avoir lieu en avril mais pour des raisons de sécurité le directeur du Mémorial a préféré reporté. C'est donc finalement ce vendredi qu'ouvrent les 5e rencontres des dessinateurs de presse. Inscriptions obligatoires pour assister aux débats et rencontres cette année.

L'empreinte de Charlie

Les attentats de janvier à Charlie Hebdo et l'attaque faite à la liberté de la presse vont servir de fil conducteur à cette édition. Le philosophe normand Michel Onfray est en charge de la conférence inaugurale intitulée : « Le 7 janvier est-il notre 11 septembre ? ». Le penseur sera entouré de dessinateurs. Un débat  entre dessinateurs posera également ces questions:  le dessin de presse a-t-il un nouveau statut depuis le 7 janvier ? La liberté d’expression a-t-elle ses limites ? Comment, pourquoi dessiner le sacré ?

Sécurité renforcée

Cet évènement nécessite une préparation très longue, très minutieuse, selon Stéphane Grimaldi, le directeur du Mémorial de Caen qui accueille ces rencontres. "Le contexte politique international et politique n'est pas plus favorable qu'en avril" ajoute-t-il. Certains dessinateurs préfèrent ne pas assister à ce genre d'évènement en ce moment car ils craignent pour leur sécurité. La jauge des spectateurs est limitée volontairement à 600 personnes par jour.

"Le contexte est toujours aussi tendu, on est en guerre" le directeur du Mémorial

Un dessin poétique, selon Chaunu

Le dessinateur caennais Chaunu fait partie de la liste des professionnels invités au mémorial cette année. Celui qui intervient régulièrement sur France Info et dès le 13 septembre sur France Bleu Basse-Normandie  est au coeur d'une polémique. L'un de ses dessins, portant sur Aylan, l'enfant syrien de trois ans découvert mort sur une plage de Bodrum en Turquie, entraîne un flot de réactions sur les réseaux sociaux. Pour Chaunu, ce dessin est juste poétique.

Pour Chaunu, cette polémique est le signe que l"esprit Charlie" n'existe pas ...

Le dessinateur caennais Chaunu revient sur le polémique créée par sa caricature

La liste des dessinateurs invités :

Achou (Tchad) est dessinateur de presse et auteur de BD tchadien. Il collabore au journal satirique Le Miroir et au quotidien Rafigui au Tchad. Victime de menaces et de pressions dans son pays, il se réfugie en France en 2004 où il vit depuis.

Albaih (Soudan) est un caricaturiste politique d'origine roumaine basée à Doha, au Qatar. Il se considère comme un révolutionnaire virtuel, il publie ses caricatures politiques sur la vie dans le monde arabe sur divers blogs et sites web. Il a également été rédacteur en chef des 22 premières éditions de Portfoolio: The Year’s Best Canadian Editorial Cartoons.

Alex (Suisse) est un dessinateur de presse du quotidien La Liberté à Fribourg. Il a été dessinateur, scénariste et coloriste pour des ouvrages entre 2004 et 2012.

Ana Von Rebeur (Argentine) est illustratrice et dessinatrice depuis 1986. Elle a collaboré à plus de 30 journaux et magazines en Argentine et en Uruguay, comme Diario et La República. Elle a également publié en Espagne, en Iran et en Bosnie. En Argentine, elle est la présidente la FECO (Federation of Cartoonists’ Organizations). Ana aime croquer et dénoncer la situation de la femme dans le monde entier à travers ses dessins et a publié 30 livres humoristiques.

Achou (Tchad) est dessinateur de presse et auteur deAnt (Grande-Bretagne) est un Illustrateur professionnel et caricaturiste britannique basé à Barcelone. Il exerce aussi bien dans la publicité, la presse internationale, la littérature jeunesse, le théâtre et la télévision espagnole. Il dessine notamment pour le journal local ECO.

Avi Katz (Israël) est né à Philadelphie aux États-Unis. En 1970, il s’installe définitivement en Israël. Ses dessins, allant de la représentation réaliste à la caricature en passant par la bande-dessinée, ont été publiés dans divers journaux et magazines en Israël et à l’international. Il est également le dessinateur du magazine Jerusalem Report depuis 1990. Il a illustré près de 200 livres pour enfants : sa Bible illustrée pour enfants a notamment remporté le National Jewish Book Award aux États-Unis et ses livres ont reçus quatre fois le prix Hans Christian Andersen.

Ballouhey (France) a créé de nombreux visuels de campagnes nationales de publicités pour de grandes marques françaises et étrangères. Il est avant tout un dessinateur d'humour au regard un peu cynique, il se délecte de situations absurdes sans jamais tomber dans la vulgarité. Ses illustrations de livres pour la jeunesse mettent en images essentiellement des documentaires, et en particulier toute la collection Copain chez Milan.

Batti (France) est originaire de Cervioni, village de la Costa Verde, il vit et travaille dans la région de Bastia. Il dessine, dans la presse insulaire depuis 1980, la vie politique, économique sociale et souvent la vie « tout court ». Ses productions vont du dessin de presse à la bande dessinée en passant par l'illustration, l'affiche, la caricature, la sculpture et la publicité comme en attestent les quelques recueils publiés dont Le Tour en Corse avec Henri Medori aux éditions Aédis (2013).

Berth (France) aime illustrer avec légèreté des sujets graves et mettre en scène des gens ordinaires. Il collabore à Mon Quotidien réservé aux enfants, à Spirou, CQFD, et il a travaillé pour Sine Hebdo. Son livre de dessins, Les expulsables, traite de manière humoristique des lois anti-immigration et de l’instauration du ministère de l’Immigration et de l’identité nationale par le gouvernement Sarkozy. Il a été plusieurs fois primé pour son album Ça sent mauvais.

Bogorad (Russie) vit et travaille à Saint-Pétersbourg. Son premier dessin a été publié en 1973. En 1974, il a remporté son premier prix au concours de dessin animé à Skopje en Yougoslavie. Depuis il a reçu de nombreux prix prestigieux lors de concours de bande dessinée internationaux (Italie, Pologne, Belgique, Turquie). Jusqu'en 2012, il travaillait pour le quotidien SPB Vedomosti, mais rares sont les organes de presse qui osent encore publier ses caricatures.

Bourayou (Algérie) est un caricaturiste exilé d'Algérie depuis 1994 et installé à Marseille. Directeur artistique du Festival international du dessin de presse d'Estaque, il travaille dans la presse alternative régionale (Marseille La Cité, Le Ravi, La Revue Consolat) et régulièrement sur Radio Galère. En 2011, il publie un album Tristesse et bouillabaisse en vente dans la librairie l'Encre bleue de l'Estaque

Cagle (États-Unis) est un dessinateur, caricaturiste et éditorialiste américain. Il a notamment collaboré au Muppet Show à partir de 1979. Il est surtout connu en tant que dessinateur de presse pour de très nombreux journaux et sur internet.

Chaunu (France) croque l’actualité depuis 1986 pour de nombreux titres de presse nationale et internationale. Il publie chaque jour ses dessins dans L’Union de Reims et Ouest-France. Il croque également la vie politique en direct à la télévision, pour France 3 Normandie quotidiennement et met chaque année sa plume au service des Droits de l’Homme en illustrant le Concours international de Plaidoiries du Mémorial de Caen.

Donnelly (États-Unis) est l’une des premières femmes caricaturiste pour le New Yorker lorsqu’elle débute en 1982. Créatrice de dessins animés, elle publie des recueils sur la place des femmes dans la société, elle enseigne également la culture américaine et le droit des femmes à l’université. Elle collabore à d’autres publications comme The New York Times, Harvard Business Review, Glamour…

Elchicotriste (Espagne). Muraliste, caricaturiste, vignettiste, bédéiste, psychologue clinicien, il a fondé l'ONG Dessinateurs sans frontières et le collectif Deliropolis, qui est aussi une revue internet, grâce auquel il publie des bandes-dessinées. Il collabore comme dessinateur de presse à de nombreux journaux papiers ou en ligne et a été invité à exposer ses œuvres à travers l'Europe.

Elvestuen (Norvège) est un illustrateur qui a travaillé pour le journal Dagens Næringsliv de 1988 à 2009 et plus tard pour E24 Næringsliv. Il est également conseiller en communication pour l'entreprise Aabo & Co. Il a également publié un livre pour enfants en 1995, et deux recueils de ses caricatures, en 1999 et 2004. Il a remporté le dessin éditorial de l'année en 2003.

Faro (France), dessinateur de presse et de bandes dessinées, réside en Espagne. Assez orienté vers le sport, il dessine notamment pour le magazine France Football, L'Equipe magazine et L'Equipe TV. Il dessine également pour le Groupe Nice-Matin, Vigousse, et dans la presse économique : ForumEco, Ecosavoie. Il est l'auteur, avec Marie-Ève Malouines de la BD Moi président relatant les coulisses de la vie quotidienne du président François Hollande, à l'Élysée. Faro devient l'illustrateur principal de l'Almanach Vermot à partir de l'édition 2014.

Favelis (Argentine) a publié plusieurs livres, et conçu un court métrage d'animation en 3D. Il a un style moderne très particulier, puisque la plupart des dessins font parler les animaux en critiquant les problèmes actuels : l'économie, la politique internationale, le traitement des humains dans le monde des animaux, etc ... Ses animaux sont intelligents, ironiques, très critiques, souvent comiques.

Fink (Israël) est un célèbre dessinateur de la bande dessinée israélienne et écrivain. En 1987, sa bande dessinée Zbeng !, publiée dans le magazine pour adolescents Ma’Ariv La’Noar, a remporté un énorme succès et comporte aujourd’hui 19 albums. Certaines de ses BD comme Entre guerre et paix traitent directement de la politique de son pays notamment à travers le conflit israélo palestinien.

Hajjaj (Jordanie) est un caricaturiste politique, dessinateur et concepteur pour Hajjaj Brothers Creative Productions. Il travaille également pour le journal Al Arab Al Youm et a travaillé précédemment avec plusieurs quotidiens tels que Al Rray & Al Dastour . Ses dessins sont liés à la vie en Jordanie ainsi que les événements politiques au Moyen-Orient et dans le monde.

Kap (Espagne), d’origine catalane, est diplômé des beaux-arts de l'Université de Barcelone. Spécialiste de la presse satirique espagnole au XIXe et XXe siècle, auteur et co-auteur de plusieurs livres sur l’histoire du dessin de presse en Espagne, ou essais sur l'art de la caricature. Depuis 1996, il dessine dans les journaux La Vanguardia et Mundo Deportivo.

En 2009, il obtient le Prix International d'Humour Gat Perich, prix qui reconnaît l'importance du travail des professionnels du dessin satirique.

Kazanevsky, Vladimir (Ukraine) vit et travaille à Kiev. Ses dessins humoristiques ont été publiés dans de nombreux journaux et magazines du monde entier (le Japon, la Russie, l’Ukraine, la Suisse, les États-Unis, l’Allemagne…). Il a gagné plus de 400 prix aux concours de dessins humoristiques dans 49 pays. Il donne des conférences et organise des séminaires sur la théorie de l’art des dessins humoristiques aux quatre coins du monde. Il a publié bon nombre de livres dont Art of Modern Cartoon (2003), Homo Gibber (Suisse, 2007) et Neck (Ukraine 2010).

Kazanevskyi, Viacheslav (Ukraine) est un dessinateur diplômé de l'Académie Nationale d'Art de Kiev. Il travaille pour le magazine satirique Paraska.

Kianoush (Iran), caricaturiste et dessinateur de presse, est également un militant contraint à l’exil. En 1993, il a fait sa première exposition de dessins en Iran, puis a travaillé pour des journaux locaux. Il a toujours milité pour faire connaître la situation de la liberté d’expression dans son pays. Depuis 2009 et les manifestations liées à la « révolution verte » en Iran, il est réfugié politique en France. Aujourd’hui, il continue à s’engager pour dénoncer les atteintes aux droits de l’homme dans son pays d’origine. Ses dessins, sans texte, sont publiés dans Courrier International, et sur le site de TV5 Monde en Europe.

Lounis (Algérie) est un dessinateur et caricaturiste vivant et travaillant en Algérie. Il publie ses dessins dans le journal quotidien Le jour d'Algérie. Il a participé à plusieurs expositions nationales et internationales.

McKee (États-Unis) travaille pour le quotidien L'Augusta Chronicle (en Géorgie), l'un des plus anciens journaux encore en publication aux États-Unis. Ses dessins ont été publiés dans de nombreux livres, newsletters et sur des sites web du monde entier.

Mric (France) est à la fois dessinateur, illustrateur, caricaturiste et un des protagonistes de l'aventure des Bulles dans la perf'. Il a publié ses premiers dessins d'actualité et d'humour dans le Figaro étudiant en 1999. Il a ensuite enchaîné avec les journaux Psikopat, Volcans, Territoires, Marianne et l'Humanité.

Nardi (Italie) a participé à une centaine d’expositions et de festivals en Italie et dans le monde et fait partie de plusieurs jurys. Nombreux aussi sont les prix qui lui ont été décernés. Nombreuses collaborations avec des revues et des journaux nationaux italiens. Elle a notamment dessiné pour Barricate ! et pour les journaux satiriques Il Misfatto, Il Ruvido, Fire. Quelques dessins ont été publiés sur des blogs d’informations et journaux en ligne. Aujourd’hui, elle collabore surtout pour Il Fatto Quotidiano et L’Antitempo.

Olive (France) est dessinateur de presse et d'humour satirique. Pour lui, 2012 sera l'année de la découverte de la technique de peinture numérique. Ses œuvres sont instinctives, colorées et abstraites. Il espère provoquer une émotion, véhiculer un message. Il envisage actuellement d'exposer en France et à l'étranger une collection riche d'une centaine d’œuvres.

Rousso (France) a commencé sa carrière comme professeur de dessin. Il a collaboré avec de nombreux magazines nationaux. Il a réalisé quelques dessins animés, des expositions, des dessins qui ont été distingués ou primés en France et en Europe . Il est également secrétaire et fondateur de la branche française de la FECO (Federation of Cartoonists Organisations).

Royaards (Pays-Bas) est caricaturiste depuis plus de dix ans qui vit à Amsterdam. En 2010, il a reçu une « Citation pour Excellence » au prix des Nations-Unies de la caricature politique et en 2014, il a remporté le 2e prix au Press Cartoon Europe. Il est actuellement rédacteur en chef pour Cartoon Movement, plate-forme mondiale dédiée aux caricatures et dessins de presse.

Shilov (Russie) est connu pour ses dessins de presse dans les journaux de Saint-Petersbourg. En 2011, à Chanchun, ville de 7 millions d'habitants en Chine au nord de la Corée, un festival d'animation et jeux vidéos lui a décerné le prix du meilleur caricaturiste.

Siné (France). Son premier dessin parait dans France Dimanche en 1952. Dès l’année 1955, il reçoit le Grand Prix de l’Humour Noir. Il passe par la rédaction de L’Express, au sein duquel il rédige le « débloque-note », qui indigne beaucoup de lecteurs. Il quitte le journal en 1962 et crée son mensuel Siné Massacre. Il n’hésite pas à y exprimer ses opinions d’anticolonialiste, antisioniste ou encore d’anticapitaliste. Il rejoint Charlie Hebdo en 1981. Durant ces années au sein du journal, les polémiques s’enchaînent. Depuis, le dessinateur controversé a sorti son propre hebdomadaire satirique, Siné Hebdo entre 2008 et 2010. Et aujourd’hui, Siné et sa femme ont sorti Siné Mensuel, qui est toujours vendu de nos jours.

Telnaes (États-Unis) s’est spécialisée en dessin d’animation et débute donc tout naturellement à la Warner Bros puis travaille aux Studios Walt Disney. Elle commence par la suite sa carrière de dessinatrice de presse et collabore à de nombreuses publications telles que The Washington Post, The New York Times et Le Monde. Elle croque autant la politique américaine qu’internationale mais a une prédilection pour tout ce qui touche à la condition féminine. En 2001, elle est la seconde femme à remporter le Prix Pulitzer pour le dessin de presse.

Vladdo (Colombie), dessinateur et satiriste politique, qui a publié dans l'hebdomadaire colombien Semena Revista, a reçu de nombreuses récompenses journalistiques dont trois prix journalistiques nationaux. Il a créé son personnage féminin appelé « Aleida » en 1997, sorte d’interprétation sévère du comportement féminin qui critique les hommes et utilise le cynisme pour se moquer d'elle-même. Il dirige le journal satirique mensuel Un Pasquín, qui est délivré gratuitement.

Programme des 5e rencontres internationales des dessinateurs de presse :

**Vendredi 11 septembre***

14h à 16h Rencontre pédagogique entre dessinateurs et scolaires. Échanges/débats, web radio, live tweet animés par Alain Mayer avec 460 lycéens et collégiens bas-normands sur le métier de dessinateur de presse

  • À 19 heures : Conférence inaugurale: « Le 7 janvier est-il notre 11 septembre ? » de Michel Onfray, philosophe, entouré des dessinateurs

- Samedi 12 septembre

De 11h à 12h30 : Débat : Siné mensuel, comment ça marche ? avec Siné

De 14h à 16h30 : Débats entre dessinateurs : Les dessinateurs sont-ils des journalistes ? Le dessin est-il un langage universel ? Qu’est-ce qu’un bon dessin, ici ou ailleurs ?

De 16h45 à 18h : Conférence « Défendre le patrimoine et l’histoire des civilisations » de Moncef Ben Moussa, conservateur en chef du Musée National du Bardo, Tunis

Dimanche 13 septembre

De 14h à 16h : Débats entre dessinateurs, le dessin de presse a-t-il un nouveau statut depuis le 7 janvier ? La liberté d’expression a-t-elle ses limites ? Comment, pourquoi dessiner le sacré ?

De 16h à 17h30 : Conférences : « Le dessin de presse dans l’histoire : Vers les crayons armés ? » avec Guillaume Doizy, historien / « Caricature et guerre psychologique dans la Seconde Guerre mondiale » Emmanuel Thiébot, historien au Mémorial. Lors de ces rencontres, les 37 dessinateurs sont invités à dessiner sur une grande fresque installée dans le hall, à la mémoire des victimes du 7 janvier. Cette fresque sera ensuite exposée à Bayeux à l’occasion du Prix Bayeux-Calvados des Correspondants de Guerre.

Pour s'inscrire c'est ici