Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO. "On détruit une forêt urbaine": à Caen, l'abattage des tilleuls Place de la République créé l'émoi

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

C'est une étape importante dans le projet très controversé de transformation de la Place de la République à Caen : l'abattage des arbres a été effectué ce mardi matin. A la surprise des riverains et au grand dam des opposants. Le maire se défend en indiquant que les arbres étaient mal en point.

Les tilleuls de la Place de la République à Caen ont été abattus dans la matinée.
Les tilleuls de la Place de la République à Caen ont été abattus dans la matinée. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Le dispositif a été installé en catimini tôt ce mardi matin, alors que l'arrêté municipal a été publié la veille. Un important cordon de forces de l'ordre enserre les lieux et des barrières interdisent aux curieux d'approcher. Dès 8 heures : les engins entrent en action et l'abattage commence. Un à un, les tilleuls sont sectionnés au pied et tombent dans un grand fracas. Sur 49, à midi, il n'en reste plus qu'une dizaine. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La nouvelle, elle, s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Et très vite, des riverains sont venus assister au spectacle. Florence en a les larmes aux yeux : "C'est la folie des hommes, on détruit une forêt urbaine, le maire dit qu'il veut dynamiser le centre ville, là il le dynamite, je suis écœurée". Non loin de là, Xavier Le Coutour, conseiller municipal d'opposition et farouche défenseur des tilleuls de la Place de la République regarde la scène incrédule. "C'est un coup de force du maire, s'emporte-t-il, tous les recours n'ont pas été purgés, alors qu'il avait dit qu'il attendrait, c'est une atteinte démocratique". Frédéric est lui scandalisé que ça se passe dans le dos de tout le monde et regrette qu'"à l'heure où on parle de biodiversité et de végétaliser les centres villes, on poursuive malgré tout ce projet commercial qui si ça trouve ne va pas marcher". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce projet, le maire Joël Bruneau le porte depuis le début de son premier mandat, mais l'a mis en stand bye le temps d'écluser tous les recours. L'idée de départ, qui était celle d'un centre commercial, a évolué vers une halle gourmande et un cinéma d'arts et essais, entre autres. Le maire n'en définit pas encore les contours, mais assure qu'"une nouvelle mouture sera présentée très prochainement". En attendant, et même si les recours n'ont pas été purgés, il assume. "Jusqu'à présent, de recours en recours en recours, les opposants ont toujours été déboutés. On a qu'à aller jusqu'à l'ONU tant qu'on y est...! " Il présente à l'appui de sa décision d'abattre les arbres un rapport de l'Office National des Forêts qui évoque "de nombreux arbres dépérissants présentant des troubles physiologiques plus ou moins marqués,  nécessitant abattage et sécurisation de couronne".

Les conclusions du rapport de l'Office National des Forêts sur les tilleuls de la Place de la République à Caen.
Les conclusions du rapport de l'Office National des Forêts sur les tilleuls de la Place de la République à Caen. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Ces arbres plantés en 1952 sur un sol de gravats issus des bombardements n'auraient pas survécu longtemps renchérit Bernard Blaise, de la société Arbres, techniques et Paysages. "A l’œil nu, on voyait qu'ils commençaient à dépérir par la cime". Sur 49 tilleuls, quatre étaient plus récents. Ceux-ci seront conservés et transplantés ailleurs par ses soins. Vers midi, il ne reste sur la Place de la République plus qu'une dizaine d'arbres sur 49. Et quand une palissade s'ouvre brièvement pour laisser sortir un véhicule, on aperçoit le nouveau visage de la Place de la République. 

La mairie de Caen a fait "place nette" ce 23 février 2021 en abattant la quasi totalité des arbres qui s’y trouvaient. Pour y implanter un nouveau centre commercial.
La mairie de Caen a fait "place nette" ce 23 février 2021 en abattant la quasi totalité des arbres qui s’y trouvaient. Pour y implanter un nouveau centre commercial. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Les opposants ont prévu de manifester ce mercredi à 17 heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess