Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie de Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris : deux ans après l'incendie, la cathédrale revit grâce à des projets nancéiens

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Plusieurs projets pédagogiques et de recherche nancéiens s'intéressent à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ils permettent de préserver son patrimoine, deux ans après l'incendie qui a détruit une partie de l'édifice, le 15 avril 2019.

La maquette du mécanisme de l'horloge de Notre-Dame de Paris
La maquette du mécanisme de l'horloge de Notre-Dame de Paris - DR

Le 15 avril 2019 la cathédrale Notre-Dame de Paris s'embrasait. Depuis, plusieurs projets ont vu le jour, notamment à Nancy pour préserver ce qu'il reste de l'édifice ou bien perpétuer son patrimoine.

A l'IUT Charlemagne de Nancy, un groupe de quatre étudiants en deuxième année de DUT Informatique a fabriqué une maquette du mécanisme de l'horloge de la cathédrale, détruit dans l'incendie. L'original mesurait près de 2,20 m de long, la réplique nancéienne est à l'échelle un tiers.

Intérêt pédagogique

Mais l'intérêt pédagogique est lui très important selon Denis Roegel, enseignant en informatique à l'IUT : "Il  y a 359 pièces, ça leur permet d'utiliser des imprimantes 3D, une découpeuse laser, un casque de réalité virtuelle. Ils ont dû acheter du matériel, travailler sur différentes problématiques d'assemblage. Le potentiel pédagogique est évident". Un travail de six mois qui s'est achevé début mars. 

La recherche pour la reconstruction

L'intérêt des projets sur Notre-Dame de Paris est aussi scientifique. A l'image de celui lancé par le CNRS sur différents aspects de la cathédrale. Dont les pierres et le mortier utilisés pour la construction au Moyen Âge. L'université de Lorraine a intégré ce projet auquel participe Cédric Moulis, ingénieur d'étude au laboratoire HISCANT (histoire et culture de l'antiquité et Moyen Âge) à l'université de Lorraine "on a une chance unique de pouvoir essayer de comprendre comment le chantier s'est mis en œuvre. On peut comparer les techniques de mises en œuvre utilisées au Moyen Âge est plus tard, au XVIIIe et XIXe siècle"

Le mortier de la cathédrale est aussi analysé par des équipes de l'Institut Jean Lamour. Les résultats pourraient aider à réaliser un mortier pratiquement identique pour la reconstruction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess