Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Deux attaques de loup en deux jours en Belledonne

mardi 21 mars 2017 à 16:30 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère et France Bleu

Un loup a été vu par plusieurs habitants de la commune de Saint-Agnès, en Belledonne (Isère) entre dimanche 19 mars et mardi 21 mars. La "bête" se promenait, à l'aube, dans le village de "Le Mas La Ville", où se situe la mairie et l'école communale.

Un loup tel que celui décrit par les villageois de Saint-Agnès (Illustration).
Un loup tel que celui décrit par les villageois de Saint-Agnès (Illustration). - Pixabay

Le camion d’équarrissage est passé à Saint-Agnès (38), ce mardi midi, dans la ferme de Roger Cartier-Millon, pour enlever les deux brebis égorgées, lundi à l'aube, par un canidé. Plusieurs habitants ont identifié comme un loup, sous réserve de la confirmation des "fédéraux". C'est le nom que les habitants du village donnent aux fonctionnaires de la Direction Départementale des Territoires, chargée de la question. Le camion d’équarrissage repassera mercredi matin pour enlever une troisième brebis, égorgée et partiellement dévorée dans la nuit de lundi à mardi.

"Le loup va revenir, c'est certain", disent les villageois

Le village de Saint-Agnès est situé à environ 1000 mètres d'altitude, sur le flancs du massif de Belledonne (qui culmine à 2.975 mètres). Les loups qui vivent là attaquent régulièrement les troupeaux. Les villageois en sont certains : ce loup va revenir la nuit prochaine.

Dans son témoignage, Roger Cartier-Millon, âgé de 73 ans affirme : "Je suis l'un des derniers à entretenir les parcelles avec mes brebis. Beaucoup ont arrêté, écœurés". Plusieurs habitants réclament des tirs de protection pour éloigner le loup.

À lire aussi :