Société

Deux centres d'accueil pour migrants en projet dans les Ardennes

Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne mardi 27 septembre 2016 à 19:01

Centre d'accueil et d'orientation de migrants
Centre d'accueil et d'orientation de migrants © Maxppp - Franck Dubray (PHOTOPQR/OUESTFRANCE)

Dans tous les départements français, les préfets cherchent des locaux pour accueillir les migrants de Calais et de Paris. Le gouvernement a pour objectif d'ouvrir 12 000 places d'ici la fin de l'année. Dans les Ardennes, deux centres d'accueil et d'orientation doivent ouvrir leurs portes.

En vue du démantèlement du camp de Calais, le gouvernement s'est fixé pour objectif d'ouvrir 12 000 places d'hébergement pour les migrants d'ici la fin de l'année. La région Grand-Est en accueillerait 1332. Les préfets recherchent des lieux susceptibles d'abriter ces nouveaux centres d'accueil et d'orientation (CAO).

Les instructions gouvernementales évoquent une capacité d'accueil minimale de 100 personnes mais les établissements ardennais n'atteindront pas ce dimensionnement, faute de bâtiments disponibles. Le projet vise à créer deux centres d'accueil pouvant héberger quelques dizaines de personnes chacun. Au début de l'été, la prospection portait sur des foyers d'au moins cinquante personnes.

Où placer les centres d'accueil et d'orientation ?

Afin de faciliter les démarches administratives des migrants, les centres d'accueil et d'orientation devront être desservis par les transports en commun, proches d'un centre urbain ou péri-urbain. Les étrangers pourront rester dans ces bâtiments jusqu'à trois mois s'ils déposent une demande d'asile, un à deux mois s'ils ne le font pas.

Sur le terrain, les autorités constatent que beaucoup de migrants ayant pour objectif de rejoindre le Royaume-Uni quittent leur hébergement au bout de quelques jours seulement. Ce fut le cas des deux-tiers de la centaine de migrants accueillis dans les Ardennes cet été, pour la plupart à l'hôtel Formule 1 de Charleville-Mézières.

Quelle information pour les élus et les habitants ?

A ce stade, aucune création de centre d'accueil et d'orientation des migrants n'est encore actée dans les Ardennes. Le préfet du département, Pascal Joly, indique simplement avoir informé les élus des communes susceptibles d'être choisies. Et le représentant de l'Etat prévient : "si les locaux retenus n'appartiennent pas à la collectivité locale mais à une association par exemple, les élus seront informés mais leur accord n'est pas requis pour ouvrir le centre".

Pascal Joly ne le cache pas. "Le sujet est sensible". En novembre 2015, une réunion publique sur le projet d'ouverture d'un centre d'accueil provisoire à Floing, près de Sedan, fut le théâtre de vifs remous de la part d'une partie des habitants. Cette fois il n'y aura pas forcément de réunion publique, indique la préfecture. "On est pas là pour se faire insulter ou clouer au pilori. Il y a un minimum de dignité", tranche Pascal Joly.

Le préfet des Ardennes souhaite néanmoins informer les habitants en dépassionnant le débat. "Le sujet est délicat parce que l'on surdimensionne la question et que l'on fait courir de fausses informations", note Pascal Joly. "Il faut expliquer aux populations concernées de quoi il retourne sans les inquiéter outre-mesure", ajoute le préfet des Ardennes. Les Ardennes disposent déjà de 220 places d'hébergement pour les demandeurs d'asile et d'une trentaine pour les migrants... "Sans que cela ne pose de problèmes particuliers", souligne le préfet.

Partager sur :