Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Deux cents cavaliers dans les rues de Périgueux pour dire non à la TVA à 20 %

mardi 19 novembre 2013 à 21:25 Par Mila Ta Ninga, France Bleu Périgord

Vous avez pu les apercevoir sur la route de Trélissac à Périgueux : une cinquantaine de chevaux et poneys accompagnés de 200 cavaliers des centres équestres de Dordogne. Direction la préfecture pour faire du bruit sous les fenêtres du directeur de cabinet pendant son rendez-vous avec une délégation. Le passage de la TVA réduite à 7 % à la TVA à taux plein à 20 % dès le 1er janvier ne passe pas.

Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux
Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux © Radio France - Mila Ta ninga

"Hollande t'es foutu, les poneys sont dans la rue" : la formule, reprise des précédentes manifestations contre la hausse de la TVA de 7 % à 20 %, a été entendue dans tout le centre-ville de Périgueux pour cette première manifestation des centres équestres en Aquitaine.

Quelque 200 cavaliers se sont donnés rendez-vous à Trélissac, pour se rendre devant la préfecture de la Dordogne. En tête de cortège : un tracteur rempli de foin. En queue : un autre rempli de fumier. Au milieu : une cinquantaine de chevaux, poney et leurs cavaliers.

"Si la TVA passe à 20 % en janvier, on n'a plus qu'à mettre la clé sous la porte."

Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux - Radio France
Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux © Radio France - Mila Ta ninga

Un tiers des centres équestres en sursis

Le comité départemental d'équitation de la Dordogne a fait ses calculs. Un tiers des 95 centres équestres du département risque de mettre la clé sous la porte si la TVA passe à 20 %. Certains annoncent déjà le licenciement de personnel ou l'obligation de trouver un complément d'activité. Car impossible de répercuter une telle augmentation de la TVA sur de si petites structures. La Chambre d'Agricluture estime chiffre d'affaires annuel moyen des centres équestres de Dodorgne à 58 000 €.

"Déjà on est sur des marges réduites. Aujourd'hui, on est incapable d'absorber la hausse telle quelle. On perdrait trop de clients d'un coup. Avec le contexte économique, ça risque d'être très compliqué."

Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux - Radio France
Manifestation contre la TVA à 20 % à Périgueux © Radio France - Mila Ta ninga

"On ne va pas pouvoir absorber tous les coûts dans le prix de la séance" , déplore David Poillion, responsable du centre équestre Au Bos Cheval Rouge à Belvès. "Il va falloir annoncer à des parents qu'ils vont devoir ajouter 60 ou 70 euros pour mettre leur enfant à l'équitation. On a la chance d'avoir des familles. Si la TVA augmente, elles feront des choix."

Et les responsables du comité départemental d'équitation l'assurent : les emplois indirects aussi seront touchés. Que de soit les vétérinaires, maréchaux-ferrants, selliers, éleveurs tout comme les stagiaires, apprentis et formations professionnelles.

Après les bonnets rouges, les bombes rouges

Pour faire passer leur message, les cavaliers ont sorti le grand jeu. Dans les mains : des banderoles, bien sûr. Siglées "Touche pas à mon dada / poney" ou encore "Fiscalité à 20 % = retour à un loisir de luxe" . Sur la tête, quelques bombes rouges (les casques de protections des cavaliers), en échos à la fronde des bonnets rouges de Bretagne contre l'écotaxe.

Les chevaux, aussi, étaient siglés "Touche pas à mon cavalier" ou encore "TVA en plus, on finit chez Findus" . De bon augure pour les responsables de centres qui envisagent déjà de devoir vendre leurs chevaux à bas prix, voire les emmener à l'abattoir.

"La TVA de 7 à 10 % sans aucun problème. 20 %, c'est pas normal" Bernard Delprat, du comité départemental d'équitation

L'exception sportive

Ce que veulent les cavaliers, c'est l'annulation pure et simple du décret de loi. Et le comité départemental d'équitation de la Dordogne espère que le groupe d'étude sur le cheval de l'Assemblée nationale portera leurs revendications au plus haut sommet de l'État. Et ce pour la mise en place d'un amendement qui exclura les activités équestres à vocation sportives du champ de la TVA à taux plein imposé par la Cour européenne de Justice.

Dernier argument : l'équitation de tradition française est inscrite depuis 2011 au patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité de l'UNESCO.

Manifestation contre la TVA à 20 % : "On ne veut pas non plus d'aides à court terme"