Infos

Deux communes de la Manche choisies pour accueillir des migrants

Par Maëlle Robert, France Bleu Cotentin vendredi 14 octobre 2016 à 20:40

A Cerisy-la-Forêt, les migrants vont être accueillis dans un centre aéré situé à environ trois kilomètres du bourg.
A Cerisy-la-Forêt, les migrants vont être accueillis dans un centre aéré situé à environ trois kilomètres du bourg. © Radio France - Maëlle Robert

Cerisy-la-Forêt et Troisgots, deux villages situés près de Saint-Lô, vont héberger des migrants dans le cadre du démantèlement de la jungle de Calais. La date d'arrivée n'a pas encore été fixée, mais les maires de ces communes assurent avoir reçu confirmation de la préfecture cette semaine.

A Cerisy-la-Forêt, c'est un centre aéré qui va accueillir les migrants ; à Troisgots, les réfugiés vont être logés dans un bâtiment actuellement inoccupé : l'ancien institut médico-éducatif. Selon les maires de ces deux communes, ces lieux auraient été choisis par la préfecture pour héberger des migrants, dans le cadre du démantèlement de la jungle de Calais.

Les maires des deux communes concernées expliquent qu'ils n'ont pas eu le choix. "J'ai reçu un coup de téléphone du préfet mercredi, pour m'informer que des migrants allaient venir dans mon village de 300 habitants Je n'ai pas eu plus de précisions sur leur nombre, leur origine ni sur la date exacte de leur arrivée", explique Jocelyne Legrand, maire de Troisgots. "Je sais seulement que c'est provisoire."

Atteindre le quota

Des rumeurs annonçaient l'arrivée de migrants à Troisgots ce week-end. Une trentaine de personnes se sont rassemblées à côté de l'église vendredi midi pour protester contre l'accueil de ces réfugiés. Selon le préfet de la Manche, Jacques Witkowski, une liste de lieux susceptibles d'héberger des migrants dans le département a bien été établie, mais il ne confirme aucune arrivée dans les jours à venir, ni à Troisgots, ni à Cerisy-la-Forêt.

Jean-Pierre Leduit, maire de Cerisy-la-Forêt, l'autre commune choisie pour recevoir des migrants, n'était pas favorable à cette arrivée non plus, mais il a désormais la décision. "Le préfet nous a expliqué que cela intervenait dans le cadre du démantèlement de la jungle de Calais. La Manche a été retenue car c'était un des rares départements qui n'avait pas son quota de migrants."

En visite à Calais fin septembre, François Hollande s'était en effet engagé à "démanteler la jungle d'ici la fin de l'année", en garantissant aux migrants des places dans des centres en dur sur tout le territoire.

La Normandie devrait créer plus de 660 places dans les centres d'accueil d'ici la fin de l'année. - Visactu
La Normandie devrait créer plus de 660 places dans les centres d'accueil d'ici la fin de l'année. © Visactu

A Cerisy-la-Forêt, le sujet est déjà très discuté. Certains habitants s'inquiètent de l'isolement des réfugiés, qui s'installeront dans un centre aéré "à trois kilomètres du bourg, en lisière de forêt, sans réseau téléphonique, sans transports en commun pour rejoindre Saint-Lô". Une octogénaire promet de leur venir en aide si besoin : elle leur portera du sucre et du chocolat.

Partager sur :