Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Deux députés du Loiret demandent la réouverture des discothèques et dénoncent "une brutalité administrative"

-
Par , France Bleu Orléans

Stéphanie Rist (LREM) et Richard Ramos (Modem), députés du Loiret, co-signent avec une quarantaine de parlementaires de la majorité un communiqué de presse au ton virulent contre la décision de l'Etat de ne pas rouvrir les discothèques cet été.

Le Pacha Club près de Morlaix, désespérément éteint et vide depuis 3 mois.
Le Pacha Club près de Morlaix, désespérément éteint et vide depuis 3 mois. © Radio France - Nicolas Olivier

"Colère, incompréhension, bienvenue en absurdie administrative !" : quasiment quarante députés de la majorité signent un communiqué au ton inhabituellement virulent pour dénoncer la décision de ne pas autoriser la réouverture des discothèques en France cet été. Les députés du Loiret Stéphanie Rist (LREM) et Richard Ramos (Modem) font partie des signataires, tout comme l'ancien président de l'Assemblée nationale, et ex ministre, François de Rugy.

"Force est de constater, une fois encore, que les discothèques ont été traitées avec une brutalité administrative obsolète. Elles pourraient ne rouvrir, en dernières, qu'en septembre et le « cas échéant » ! Ce faisant, l'Etat condamne les acteurs de la nuit comme s’ils étaient coupables. Ceux-ci ont pourtant besoin, comme tous les entrepreneurs, de respect, de soutien et de visibilité."

Où est le risque ?"

Rappelant que "95 % des jeunes qui fréquentent les discothèques ont moins de 25 ans" et que "85% des personnes décédées du covid-19 ont plus de 75 ans", les députés interrogent : "où est le risque ? Clairement, nos aînés n'ont pas attrapé le virus en discothèque. Et pourquoi priver nos jeunes de sorties comme des adolescents qu'on punit ?"

Richard Ramos, le député Modem du Loiret
Richard Ramos, le député Modem du Loiret © Radio France - Anne Oger

A propos des conséquences économiques de la fermeture prolongée des établissements de nuit, les députés disent "se méfier" de "toutes ces salles privées, salles publiques privatisées, ces domaines qui organisent des rassemblements privés clandestins sans aucun geste barrière." Ils appellent à cesser "ces discriminations" contre les boîtes de nuit.

Le combat d'un patron de boîte de nuit loirétain

Ce dimanche, un rassemblement en soutien aux établissements de nuit a été organisé devant la discothèque "Le 7" à Chaingy, dans le Loiret. Le patron de cette boîte de nuit, Franck Lemaire, a prévu une action devant la préfecture à Orléans, ce mardi 23 juin à 10h30, durant laquelle il va déposer un cercueil portant l'inscription "RIP la nuit".

Stéphanie Rist, députée LREM du Loiret
Stéphanie Rist, députée LREM du Loiret © Radio France - Anne Oger
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu