Société

Deux Landais terminent l'Ultra Trail du Mont-Blanc

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne mardi 30 août 2016 à 10:05

Le Dacquois a fini 522è sur 2400 coureurs au départ
Le Dacquois a fini 522è sur 2400 coureurs au départ © Radio France

C'est l'une des courses les plus dures : 170 kms en montagne. 2400 coureurs prenaient le départ de l'UTMB le week-end dernier. deux Landais sont arrivés au bout après d'énormes efforts. Un Dacquois de 45 ans notamment y participait pour la première fois.

Vous en avez beaucoup entendu parler le week-end dernier : l'Ultra Trail du Mont-Blanc : 170 kilomètres de course à pied autour du plus haut sommet d'Europe occidentale. Quatre Landais étaient en lice sur près de 2400 coureurs sélectionnés.

Deux Landais à l'arrivée

Sur les quatre il y a eu deux abandons, mais aussi un jeune coureur d'une vingtaine d'années de Pouillon, Florian Becker, un spécialiste, qui a terminé 33 ème.

France Bleu Gascogne a aussi suivi le parcours d'un tout premier participant à l'UTMB :  Nicolas, Dacquois, dossard numéro 500 au départ, a fini 522 ème. Il a couru 39 heures d'affilée en haute montagne avec seulement quelques points repos. Le Landais de 45 ans s'est préparé pendant de longs mois pour cette course avec un régime strict, pas d'alcool et évidemment beaucoup d'entrainement physique quotidien.

L'arrivée de Nicolas à Chamonix, après 39h de course - Radio France
L'arrivée de Nicolas à Chamonix, après 39h de course © Radio France

Je pleurais comme une madeleine quand je suis arrivé au bout—Nicolas, 46 ans

"Ca nous ramène à des instincts basiques" - reportage Christophe Van Veen

En fait, il pensait à l'UTMB depuis plusieurs années, puisqu'il a mis quatre ans à être tiré au sort. C'est une des conditions pour être aligné au départ. Ce n'est pas la seule : la sélection est drastique, il faut réaliser un certain nombre de courses pour avoir le droit d'être candidat.

Au bout de 100 bornes on est flingué. Il faut être préparé psychologiquement

Après de dizaines de kilomètres et peu de sommeil... - Radio France
Après de dizaines de kilomètres et peu de sommeil... © Radio France

C'est une aventure humaine hors-norme qui vient de se terminer pour le Dacquois. Il est allé au bout : "C'est un privilège, un énorme bonheur", avoue Nicolas.

Partager sur :