Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Deux maires limousins signent l'appel des 100 contre l'abandon des territoires par Emmanuel Macron

dimanche 19 novembre 2017 à 20:36 Par Léo Tescher, France Bleu Limousin

Jocelyne Rejasse, maire de Vayres en Haute-Vienne, et Philippe Brugère, maire de Meymac en Corrèze, font partie de la centaine d'élus locaux ancrés à gauche qui signent l'appel contre les inégalités entre les territoires.

Les maires de Meymac (en photo), en Corrèze, et de Vayres, en Haute-Vienne, signent l'appel des 100.
Les maires de Meymac (en photo), en Corrèze, et de Vayres, en Haute-Vienne, signent l'appel des 100.

Limousin, France

Une lettre publiée par l'hebdomadaire Marianne explique les raisons de la colère grandissante d'une centaine d'élus classés plutôt à gauche. "Partout dans le monde, le phénomène inexorable de métropolisation creuse de profondes inégalités entre les territoires" explique la tribune initiée par le conseiller régional PS d'Ile de France François Kalfon. Selon lui, il y a d'un coté des "métropoles conquérantes" et de l'autre des "territoires délaissés".

Mépris social et territorial

La maire de Vayres (87), Jocelyne Rejasse, et le maire de Meymac (19), Philippe Brugère, font partie de cette centaine d'élus locaux qui constate "un sentiment de déclassement" ainsi qu'une "crainte de relégation ou d'abandon". Pour eux, l'abandon des territoires par les élites nationales sont responsables du "désarroi, de la crise de confiance en la politique, d'un repli identitaire, et de la poussée constante de l'extrême droite". Ils parlent également d'un mépris social et territorial alors que l'Etat met sous tutelle les budgets locaux.

Pour Jocelyne Rejasse, la dernière baisse des dotations a été un déclic :

Cette année, ma commune a perdu 53 000 euros sur une dotation globale de 300 000 euros. Le départ à la retraite d'un de nos trois agents techniques de la commune ne pourra donc pas être remplacé. On nous oblige à faire des économies d'une manière ou d'une autre. Certes, les grandes métropoles c'est beau... Mais elles pourraient être solidaires avec les petits territoires qui sont étouffés et qu'on n'entend plus alors qu'en regardant une carte, ce sont eux les territoires majoritaires.

Reportage avec les Vayrois qui découvrent la lettre signée par leur maire.

Une colère force de proposition

L'appel des 100 demande "une nouvelle République décentralisée", "un nouveau logiciel politique" et propose de nouvelles idées comme "mettre fin aux doublons avec les services de l’Etat dans des domaines aussi variés que la formation professionnelle, l’économie, l’emploi, l’environnement ou encore les routes et les transports". Il propose aussi de développer le télétravail et des moyens de transports adaptés.