Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Deux salariés d'Amazon à Montélimar restent dans l'entreprise, deux sont toujours menacés de licenciement

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Deux salariés d'Amazon à Montélimar, menacés de licenciement, ont reçu une lettre positive. Ils restent dans l'entreprise malgré leur soutien aux gilets jaunes affiché sur Facebook. Mais deux autres Drômois n'ont toujours rien reçu.

Un hangar d'Amazon, photo d'illustration
Un hangar d'Amazon, photo d'illustration © Maxppp - Johan Ben Azzouz

Montélimar, France

A Lille, début janvier, deux salariés ont été licenciés par le groupe Amazon pour avoir soutenu les gilets jaunes sur les réseaux sociaux. . Plusieurs salariés de l'entreprise à Montélimar ont été convoqués par leur direction en fin d'année pour les mêmes raisons. Certains d'entre eux avaient notamment "liké" sur Facebook l'appel au blocage de l'entrepôt montilien par les gilets jaunes. 

Selon le code du travail, cela peut être considéré comme un manquement à l'obligation de loyauté vis-à-vis de leur entreprise. Finalement, deux des Drômois concernés ont reçu leur lettre de maintien dans l'entreprise Amazon. 

Un courrier ambigu

Dans un courrier de la direction que France Bleu Drôme Ardèche a pu se procurer, la direction écrit : "Nous considérons que le partage de cette publication n'avait pas vocation à nuire à l'entreprise. (...)  Toutefois, nous attirons votre attention sur le fait qu'appeler publiquement au blocage d'un entrepôt de votre entreprise (...) démontre explicitement une envie de porter préjudice à votre entreprise".

Les syndicats restent inquiets

Selon le représentant syndical CFDT d'Amazon Montélimar, c'est l'agitation médiatique qui a permis de ne pas être frappé du même sort que les Lillois. Mais il reste inquiet pour les deux autres salariés, ceux qui n'ont pas encore reçu de courrier rassurant.