Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux Sarthoises, françaises depuis 30 ans, obligées de prouver leur nationalité

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Deux sœurs sarthoises se disent "humiliées". Nées en France de parents étrangers, elles ont obtenu la nationalité française à leurs 18 ans. Mais à l'occasion d'une demande de renouvellement de carte d'identité, il leur est demandé d'en apporter la preuve.

Ménoubia et Zorah Ben Trad ont saisi le Défenseur des droits.
Ménoubia et Zorah Ben Trad ont saisi le Défenseur des droits. © Radio France - Bertrand Hochet

Prouver que l’on est Français, 30 ans après avoir obtenu la nationalité. C’est la demande faite par la préfecture à deux Sarthoises nées au Mans dans les années 1970. Les deux femmes dénoncent une “humiliation”. Elles expriment leur colère, leur amertume et leur inquiétude face cette situation déclenchée par une procédure tout à fait banale : “Au départ, nous cherchions à renouveler notre carte d’identité et notre passeport, raconte Ménoubia Ben Trad. C’était la quatrième fois. Par le passé, tout s’était déroulé sans encombre. Mais là, on nous demande de justifier que nous sommes Françaises.”

Des contrôles plus stricts, reconnaît la préfecture 

La raison de cette requête des services de l’Etat semble être l’origine de leurs parents. Les deux femmes, âgées de 47 et 51 ans, sont nées d'un père tunisien et d’une mère marocaine. Elles ont obtenu automatiquement la nationalité française à leurs 18 ans, selon les règles du droit du sol en vigueur à l’époque. 

Quand une personne indique sur son formulaire [de demande de renouvellement de carte d’identité] qu’elle est née de parents étrangers, on s’assure qu’elle a bien acquis la nationalité, explique le préfet de la Sarthe. Les contrôles sont devenus plus stricts. C’est à la personne d’apporter la preuve de sa nationalité”, précise Patrick Dalennes.  
 

Je n'ai plus à prouver que je suis Française ! 

Pour Zorah Ben Trad, cette situation est “incompréhensible”. La Sarthoise exprime son désarroi : “Cette carte d’identité m’appartient ! On me l’a donnée ! J’estime que je n’ai plus à prouver que je suis Française”, s’emporte-t-elle.

Toutefois, “détenir une carte d’identité française n’est pas une preuve suffisante de la nationalité française”, insiste le représentant de l’Etat qui se veut compréhensif : “Je reconnais que c’est difficile à comprendre.” Patrick Dalennes précise toutefois que "des demandes de compléments d'information ont été faites : trois fois pour l'une de ces deux femmes, quatre fois pour l'autre. Elles n'y ont pas répondu."

"Une violence psychologique"

Au-delà de la procédure et des nombreux justificatifs à fournir (et parfois impossibles à retrouver), Ménoubia Ben Trad dénonce une “violence psychologique” car son passé se trouve ainsi remué. Elle confie sa colère : “On vous rappelle continuellement que vos parents ne sont pas nés en France, comme si c’était un handicap”. La Sarthoise se dit mal à l'aise : “On nous renvoie l’idée que nous ne sommes pas des citoyens comme les autres”.   

On nous renvoie l’idée que nous ne sommes pas des citoyens comme les autres

Le préfet, qui reproche aux deux Sarthoises de s’être “épanchées sur les réseaux sociaux”, assure “ne pas remettre en cause leur bonne foi ni chercher à les tracasser”. Patrick Dalennes insiste : “Nous appliquons les textes.” 

Déterminées, les deux sœurs ont saisi la déléguée en Sarthe du Défenseur des droits. Jointe par France Bleu Maine, cette dernière indique qu’elle va analyser chacune des deux demandes et “apporter une réponse”. Zorah et Ménoubia Ben Trad annoncent avoir également écrit aux cinq députés sarthois pour les alerter et solliciter leur soutien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess