Société

Deux-Sèvres : un cinquième bataillon à l'Ecole nationale des sous-officiers d'active

Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou lundi 25 septembre 2017 à 5:00

Cérémonie de création du cinquième bataillon de l'ENSOA jeudi 14 septembre 2017.
Cérémonie de création du cinquième bataillon de l'ENSOA jeudi 14 septembre 2017. © Radio France -

Conséquence de la hausse des effectifs de l'Armée de terre et des besoins de l'opération Sentinelle, l'Ecole nationale des sous-officiers d'active (ENSOA) située à Saint-Maixent-l'Ecole a créé un cinquième bataillon qui accueillera bientôt quatre cents jeunes recrues.

Le problème des classes surchargées ne touche pas seulement les collèges et lycées. L'école militaire de Saint-Maxens est aussi concernée. Depuis sa création en 1963, l'ENSOA a formé quelques 120.000 gradés, au rythme de 3.500 chaque année. Mais avec le recrutement récent de 11.000 soldats supplémentaires par l'Armée de Terre, les effectifs des quatre bataillons de l'école sont "un peu serrés". Le Chef-d'Etat major de l'Armée de Terre a donc décidé de créer un cinquième bataillon, décision confirmée par la ministre de la Défense, Florence Parly le 26 juillet 2017.

"Ce cinquième bataillon va nous permettre de former les jeunes cadres qui encadreront les nouvelles cinquièmes compagnie, escadrons et formations de la force opérationnelle terrestre mais aussi d'instruire une quatrième promotion d'élèves volontaires sous-officiers" explique le Général Guy Rochet, commandant de l'ENSOA.

"On a réalisé à quel point il est plus simple de détruire que de créer"

Le cinquième bataillon existait déjà en réalité mais il avait été mis en sommeil. Ses fanions dormaient dans les vitrines du Musée des Sous-Officiers de Saint-Maixent-L'Ecole. Ce bataillon se trouvait à Châteauroux, où il avait formé six promotions d'élèves sous-officiers entre avril 2003 et mai 2005 à Châteauroux, dont la 211eme Promotion Indochine 1953, opération Hirondelle ou encore la 218eme Promotion Italie 1944, Opération Abruzzes.

Faire renaître ce bataillon, "c'est une fierté pour le territoire, la ville de Saint-Maxent-l'Ecole et les Deux-Sèvres" , confie le général Guy Rochet. "Cette renaissance est directement liée aux missions de sécurité qui sont les nôtres, l'opération Sentinelle mais aussi les missions extérieures". Les deux compagnies formant le cinquième bataillon incorporeront leurs élèves à partir de décembre 2017, formant ainsi la 323eme promotion de l'ENSOA.