Société

Deux tiers des habitants du Grand Est ont froid chez eux même lorsque le chauffage est allumé

Par Luc Dreosto, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 14 novembre 2017 à 6:12

Franck et son amie se réchauffent à l'aide de pulls, ponchos et bouillottes
Franck et son amie se réchauffent à l'aide de pulls, ponchos et bouillottes © Radio France - Luc Dreosto

Même lorsque leur chauffage est allumé, beaucoup d'Alsaciens ont froid chez eux en automne et en hiver. En cause des logements mal isolés, des chauffages peu efficaces et du coût élevé de la facture énergétique.

Dans le Grand Est, deux tiers des Français ont froid chez eux (systématiquement 5%, souvent 15%, parfois 46%, d'où le 66%), même quand le chauffage est allumé, d'après le résultat d'une enquête de l'IFOP. C'est principalement à cause d'une mauvaise isolation dans les logements. La problématique est encore plus forte chez les personnes à revenus très modestes. (80% ont froid).

C'est à la fois une réalité dans des immeubles en ville et des maisons à la campagne. Avec son ami, Lore loue un appartement mal isolé dans un immeuble de la Krutenau à Strasbourg. Entre novembre et mars, elle souffre du froid, même lorsque son chauffage électrique est allumé. "Quand on tape sur l'ordinateur, on a les doigts gelés, donc c'est embêtant au bout d'un moment, témoigne cette jeune femme de 24 ans. L'appartement est mal isolé, le froid arrive de l'extérieur et du couloir de l'immeuble. Même quand il y a le chauffage, on met plusieurs couches, des vestes, des chaussettes, des plaids, on est obligé d'être habillés autant dedans que dehors".

Pulls, plaids, bouillottes et poêle

Franck, sa copine et sa fille louent une vieille maison alsacienne, mal isolée, à Hochstett près de Haguenau. Quand il y a passé son premier hiver, Franck a pu constater que c'était une véritable passoire thermique : "La première facture hivernale était à 1 500 euros, je suis tombé de ma chaise, puis la suivante à 1 200 euros, ça a été comme une corde autour de mon cou". La famille porte donc des gros pulls, des plaids, utilise des bouillottes et un poêle d'appoint pour ne pas trop souffrir du froid. Même s'il adore cette maison, Franck cherche un autre logement dans le secteur de Hochstett.

7 à 8 millions de passoires thermiques en France

Le ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot envisagerait de taxer ces "passoires thermiques", qu'on estimé à 7 ou 8 millions en France. Elles sont le plus souvent occupées par les ménages les plus modestes.