Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac en Dordogne : l'Etat ne fera pas appel de l'annulation des travaux

-
Par , France Bleu Périgord

L'Etat ne fera pas appel du jugement du tribunal administratif de Bordeaux, qui a annulé il y a deux mois l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac. C'est la députée LREM Jacqueline Dubois qui l'annonce dans un communiqué.

Le  chantier  du contournement  de Beynac
Le chantier du contournement de Beynac © Radio France - Antoine Balandra

Beynac-et-Cazenac, France

C'est peut-être le coup de grâce pour les partisans de la déviation de Beynac : deux mois après l'annulation de l'arrêté préfectoral qui autorisait les travaux, le gouvernement a décidé de ne pas faire appel. C'est la députée LREM de Sarlat, Jacqueline Dubois, qui l'annonce dans un communiqué où elle rappelle que « le tribunal administratif a considéré que le projet ne répondait pas à une raison impérative d’intérêt public majeur et que la démolition n’entraînait pas d’atteinte excessive à l’intérêt général. » 

Le communiqué envoyé par la députée de Dordogne Jacqueline Dubois samedi - Radio France
Le communiqué envoyé par la députée de Dordogne Jacqueline Dubois samedi © Radio France

Cette semaine, le président du Conseil départemental de Dordogne Germinal Peiro a annoncé que la destruction de ce qui a déjà été fait reviendrait à dépenser 36 millions d'euros hors-taxes (45 millions d'euros TTC).  Le Conseil départemental a d'ailleurs saisi la Cour administrative d'appel vendredi 7 juin pour contester le jugement du tribunal administratif, et pour demander un "sursis à exécution". En clair, le Département demandait un report de l'obligation de détruire, dans l'attente d'une décision favorable. Mais le Département est le seul à  déposer un recours devant la Cour administrative d'appel, pendant que l'état refuse de s'engager vers une nouvelle procédure d'autorisation.

Germinal Peiro a été reçu mercredi dernier au cabinet du Premier ministre, pour rappeler la responsabilité de l'Etat et demander un appel.