Société

Dieppe : une centaine de personnes manifestent pour défendre les vaches d'Hautot-sur-mer

Par Hélène Fromenty, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 18 février 2017 à 19:30

Les défenseurs des droits des animaux ont défilé le long du port de Dieppe, avec pancartes et slogans.
Les défenseurs des droits des animaux ont défilé le long du port de Dieppe, avec pancartes et slogans. © Radio France - Hélène Fromenty

Un rassemblement pacifique a eu lieu samedi à Dieppe (Seine-Maritime). Une petite centaine de personnes a défilé le long du port pour défendre un troupeau d'Hautot-sur-mer. Environ 400 bovins viveraient dans des conditions indignes depuis plusieurs années, malgré un récent arrêté préfectoral.

"Du foin, de l'eau, pour les vaches d'Hautot". Ils étaient une centaine à scander ce type de slogan, samedi midi, à Dieppe (Seine-Maritime).

Les manifestants se sont donné rendez-vous devant un petit café du port, le "Tout va bien". Décalage total avec les phrases chocs et dizaines de pancartes qui s'élèvent dans la foule : des vaches maigres, voire à l'agonie.

Négligence volontaire

Pendant toute la semaine, le collectif "Sauvons les vaches d'Hautot-sur-mer" avait distribué des milliers de tracts, et largement diffusé l'événement sur les réseaux sociaux.

"J'avais besoin de montrer mon désaccord avec cette maltraitance, ces actes de négligence volontaire. On a une dette morale envers les animaux que l'on consomme. " Anne, manifestante.

La peau sur les os

Dans le cortège, beaucoup habitent tout près de la ferme pointée du doigt. A chaque fois qu'il passe devant, c'est un spectacle intenable pour Nicolas.

"Les vaches ont la peau sur les os, et ne bougent presque plus. Cet été, la terre était complètement sèche et il n'y avait pas d'eau." Nicolas, manifestant.

Les manifestants s'arrêtent brièvement pour un "sitting" puis continuent à longer les quais, en direction de la sous-préfecture. Pour Brigitte, qui a rejoint le collectif de défense pour se sentir plus utile, il est vraiment temps que les choses changent.

"Les éleveurs 'normaux' nourrissent leurs bêtes et en prennent soin. Là, il y a un problème et il faut le résoudre. Il en va de la survie de ce troupeau." Brigitte, membre du collectif Sauvons les vaches d'Hautot-sur-mer.

Arrêté préfectoral

En juillet dernier, première victoire pour le collectif : un arrêté préfectoral impose, entre autres, la construction d'étables, la diminution du cheptel et plus de contrôles. Mais 8 mois plus tard... toujours rien.

"Les propriétaires avaient jusqu'à décembre pour appliquer ces mesures. Mais rien n'a changé ! On est ici pour dire que ça suffit !" Sophie Vermander, fondatrice du collectif de défense.

Une pétition en ligne

Plusieurs associations de protection des animaux sont aussi là en soutien : L214, Handi'Cats, SPA France, SOS Animal, ou encore International Campaigns. Une pétition en ligne depuis l'année dernière a été signée près de 24 000 fois.