Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Dijon : 63 personnalités interpellent le Préfet de Côte-d'Or sur le dossier des migrants

vendredi 13 juillet 2018 à 15:33 Par Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne

63 personnalités, politiques, civiles, associatives ou religieuses ont décidé d'écrire une lettre ouverte au Préfet de Côte-d'Or pour interpeller sur la situation de certains migrants. Les signataires dénoncent notamment les séparations des parents migrants de leurs enfants.

Des migrants expulsés d'un squat à Dijon, le 11 juillet
Des migrants expulsés d'un squat à Dijon, le 11 juillet © Radio France - Philippe Renaud

Côte-d'Or, France

Elus, responsables associatifs, représentants de la société civile, nous sommes émus par la situation de la famille de Monsieur Llunga BADINBANGA. Nous exprimons notre incompréhension de voir des enfants séparés d'un de leurs parents, malgré les demandes des services de protection de l'enfance, les interventions du monde associatif, d'élus de diverses tendances. 

La lettre ouverte, dont voici l'introduction, a été signée par 63 personnalités de Côte-d'Or, elle expose un point de vue sur le dossier des migrants qui se veut "humaine". Il y a le droit et les règles d'accueil d'étrangers en France et puis il y a des cas, des situations qu'il faut examiner "autrement" disent en substance les signataires.

La responsabilité des pays riches dans le dossier des migrants

Parmi eux le frère Bertrand-Marie de l'Abbaye de Citteaux, il considère sa signature et cette interpellation du Préfet comme un acte citoyen : C'est le moine, mais aussi le conseiller municipal, l'élu local qui s'exprime commente t'il . Un élu qui estime que les pays "riches" comme la France sont en partie responsable des exodes massifs.

D'un point de vue éthique, c'est l'horreur

Pour reprendre l'exemple de Llunga Badinbanga, originaire de la République démocratique du Congo : C'est un pays qui normalement devrait être riche, avec un sous-sol que les pays riches comme le nôtre, passent leur temps à piller. Le résultat, poursuit le frère Bertrand-Marie, c'est que la population vite dans la guerre, dans l'insécurité, la pauvreté et ne peut pas se développer. Et le frère de conclure, alors si ensuite on fait la fine bouche pour accueillir quelques migrants dans notre pays, d'un point de vue éthique, c'est l'horreur.

Et si nous étions nous-même des migrants? Rien que de penser à cette idée là, cela me fait frémir

Car c'est bien sur le terrain de l'éthique, que les signataires interpellent le Préfet de Côte-d'Or. Le père Jean Lamblot de la paroisse Sacré-Cœur Saint Jean Bosco de Dijon a également signé cette lettre ouverte. Le père rajoute : l'éthique et le droit font parfois un ménage difficile, sans être opposés il font un débat. Un moment donné, il faut que le caractère humain des situations prenne le dessus, il faut essayer de se dire : et si nous étions nous-même des migrants ? Comment vivrait-on les choses ? Et Jean Lamblot de Conclure : rien que de penser a cette idée là, cela me fait frémir.