Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Dijon, c'était la dernière cérémonie du 8 mai pour les militaires de la BA 102

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'était il y a 71 ans. Le 8 mai 1945, c'était la fin de la Seconde guerre mondiale. A Dijon, une cérémonie a eu lieu ce dimanche matin devant le monument aux Morts. Et pour les militaires de la BA 102, c'était la dernière avant la fermeture de la base aérienne de Longvic le 30 juin prochain.

Ce 8 mai, c'était la dernière cérémonie à Dijon pour les militaires de la BA 102
Ce 8 mai, c'était la dernière cérémonie à Dijon pour les militaires de la BA 102 © Radio France - Marion Bastit

Dijon, France

Ce dimanche, la France commémorait la fin de la Seconde guerre mondiale. Il y a 71 ans, le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitulait face aux Alliés. A Dijon, une cérémonie s'est tenue ce dimanche matin devant le monument aux Morts, rond-point Edmond-Michelet, en présence notamment du maire de Dijon, François Rebsamen, et de la préfète de région, Christiane Barret. Et pour les militaires de la BA 102, la base aérienne de Longvic, qui fermera ses portes fin juin, c'était la dernière commémoration à Dijon.

Christophe Simon, commandant de réserve à la BA 102, et maître de cérémonie. - Radio France
Christophe Simon, commandant de réserve à la BA 102, et maître de cérémonie. © Radio France - Marion Bastit

Une demi-heure avant la cérémonie, les militaires répètent déjà la remise de médailles, sous la houlette du sergent-chef Jennifer Chauvin. « Dès que vous avez votre phrase de citation, vous saluez, vous rabaissez quand il a terminé, il vous met la médaille, il vous fait l'accolade, et il recule », explique-t-elle à ses collègues en uniforme, en rang devant le monument aux Morts. La jeune femme a du mal à se dire que c'est son dernier 8 mai à Dijon. « C'est beaucoup d'émotion, particulièrement pour ce type de cérémonie de commémoration. Il est important que nous soyons présents à cette occasion. »

Mélange de fierté et de tristesse

« Tu attends qu'ils aient fait leur mouvement pour pouvoir faire le tien », indique-t-elle au caporal-chef Claire Nevado. C'est la première fois qu'elle porte les médailles, mais c'est aussi la dernière. « Ça fait quelque chose quand même, confesse-t-elle. On se dit que c'est presque la fin. » C'est le colonel Pierre Réal, le commandant de la base aérienne, qui remet les médailles militaires. « Ce sont des sentiments mêlés, évidemment, reconnaît-il. C'est à la fois un peu de fierté, la légitime fierté d'être encore commandant d'armes pour présider cette cérémonie, du moins la diriger du point de vue militaire, mais c'est vrai que c'est aussi un sentiment de tristesse, parce que c'est la dernière fois pour la base aérienne. »

Dans la fanfare avec Jean-Luc et Margot, des Trompettes dijonnaises

Mais si c'est le dernier 8 mai pour la BA 102, ce n'est pas la dernière cérémonie, souligne Christophe Simon, le commandant de réserve de la base. « La semaine prochaine justement (le 13 mai), il y aura l'anniversaire des cent ans de la venue de l'as Guynemer (le pilote Georges Guynemer, mort en 1917) à Dijon, et c'est un événement très important. » La répétition se poursuit. « C'est à cette phrase que vous faites votre mouvement, insiste Jennifer Chauvin. Tant qu'elle n'a pas été dite, vous ne bougez pas. Je vous la fais : ''Reposez, armes. Médaillés, membres de l'ordre, rejoignez vos emplacements.'' » Les militaires repartent au pas. S'ils étaient bien prêts à l'heure pour la cérémonie, les officiels, eux, se sont faits attendre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu