Société

À Dijon, ils jeûnent contre le nucléaire

Par Adeline Tavet, France Bleu Bourgogne mardi 9 août 2016 à 19:51

À Dijon, une dizaine de militants ont jeûné et se sont rassemblés mardi matin place de la Libération.
À Dijon, une dizaine de militants ont jeûné et se sont rassemblés mardi matin place de la Libération. © Radio France - Antonin Tabard

Dernier jour de jeûne pour les militants contre les armes nucléaires. À Dijon, ils se sont rassemblés place de la Libération mardi matin, en hommage aux victimes du bombardement de Nagasaki, survenu il y a tout juste 71 ans.

Pendant quatre jours, des militants contre les armes nucléaires ont jeûné partout dans le monde. À Dijon mardi matin, une dizaine de jeûneurs étaient place de la Libération pour informer et discuter avec le public, avant d'entamer une minute de silence à 11h02 en hommage aux victimes du bombardement de Nagasaki, survenu il y a tout juste 71 ans.

Sans arme nucléaire, un monde pacifié

Selon Jean-Marc Convers, membre des amis de la Terre Côte-d'Or, un monde sans nucléaire serait un monde pacifié et sécurisé. Un monde en paix, à condition cependant de travailler à la paix entre les pays.

Un Monde meilleur"
Jean-Marc Convers, membre des amis de la Terre Côte-d'Or

Un jeûne international puisqu'il a regroupé de nombreux militants à travers le monde, notamment sur les quinze sites que compte le collectif Jeûne-Action International. Du 6 au 9 août en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Etats-Unis, mais aussi au Togo et au Nigéria, tous ont jeûné pour un seul objectif : arriver à un traité international d'interdiction des armes nucléaires.

L'ONU face aux armes nucléaires

Toujours selon Jean-Marc Convers, une centaine de pays se seraient réunis à l'ONU dans un groupe de travail pour proposer à la prochaine assemblée générale de l'ONU en septembre prochain l'élaboration d'un traité d'interdiction des armes nucléaires.

Un accord auquel s'oppose actuellement les pays nucléaires.