Société

Dijon : les demandeurs d'asile investissent un vieil hôtel désaffecté

Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne dimanche 21 août 2016 à 18:17

L'ancien "hôtel des Grands Crus" désormais squatté par une soixantaine de demandeurs d'asile
L'ancien "hôtel des Grands Crus" désormais squatté par une soixantaine de demandeurs d'asile © Radio France - Thomas Nougaillon

Chassés d'un squat, début juillet, on a appris ce dimanche 21 août 2016 qu'une soixantaine de demandeurs d'asile viennent de trouver un nouvel endroit pour se mettre à l'abri au sud de Dijon.

Le jeu du chat et la souris se poursuit entre forces de l'ordre et demandeurs d'asile à Dijon. Expulsés le 8 juillet dernier d'un squat rue Reggio, dans la zone Cap Nord, une soixantaine de personnes occupent depuis jeudi dernier un ancien hôtel désaffecté : sur l'enseigne on peut lire "Hôtel des Grands Crus". Ces personnes, en majorité des jeunes hommes originaires d'Erythrée, du Soudan, de Somalie, d'Ethiopie, du Mali ou encore du Tchad, ce sont installées au numéro 22 de la rue des Ateliers à Dijon.

Plusieurs membres du "collectif de soutien aux demandeurs d'asile et aux migrants" étaient sur place ce dimanche pour éviter qu'elles ne soient de nouveau délogées par les forces de l'ordre.

Des membres du collectif de soutien aux demandeurs d'asile et aux migrants devant l'hôtel - Radio France
Des membres du collectif de soutien aux demandeurs d'asile et aux migrants devant l'hôtel © Radio France - Thomas Nougaillon

Benjamain Dufour nous explique pourquoi le collectif a attendu quelques jours avant d'annoncer ce nouveau squat

Le collectif a rendu publique la nouvelle de cette installation quatre jours après l'arrivée des demandeurs d'asile. À cela une bonne raison, explique l'un de ses membres, en général il faut tenir au moins deux jours sans se faire remarquer pour rendre plus complexe une éventuelle nouvelle expulsion.

A quoi ressemble ce nouveau squat?

Le "collectif de soutien aux demandeurs d'asile et aux migrants" s'est constitué il y a cinq ans. Il regroupe 28 associations telles RESF, SOS Refoulement ou la Ligue des droits de l'Homme. Ce lundi matin, 22 août, le collectif organise un petit-déjeuner de soutien au pied du vieil hôtel.

Adam, 23 ans, vient du Tchad, il a entamé ses démarches auprès de la préfecture il y 9 mois, hormis ce squat, il n'a nulle part où dormir ou prendre une douche - Radio France
Adam, 23 ans, vient du Tchad, il a entamé ses démarches auprès de la préfecture il y 9 mois, hormis ce squat, il n'a nulle part où dormir ou prendre une douche © Radio France - Thomas Nougaillon

Rappelons que les demandeurs d'asile sont des migrants en situation régulière en France. En général ils sont empêtrés dans de très longues démarches administratives. L'État à l'obligation de les loger. Mais à Dijon comme ailleurs, ils sont obligés de dormir à la rue faute de place dans les centres d'hébergement.

Partager sur :