Société

A Dijon, les jeunes ne croient pas au pouvoir du paquet neutre

Par Naïs Esteves, France Bleu Bourgogne mardi 8 septembre 2015 à 19:59

Plus de marque ni de logo sur les paquet neutres mais des images choc.
Plus de marque ni de logo sur les paquet neutres mais des images choc. © Radio France - Naïs Esteves

Les buralistes ne veulent pas du paquet neutre. Sans marque, sans logo, mais avec une photo choc sur fond noir : il est censé repousser les jeunes. Mais pour les collégiens et les lycéens, ce n’est pas vraiment l’emballage qui compte.

Les buralistes se sont mobilisés mardi dans plusieurs villes de France, déversant des tonnes de carottes devant les préfectures et Bercy. L'objet de la discorde, c'est le paquet de cigarette neutre : plus de marque ni de logo ou de couleur. L’amendement à la loi santé de la ministre Marisol Touraine prévoit des emballages identiques, de la même dimension, noirs avec, en gros, des photos chocs. Ces paquets existent déjà en Australie depuis trois ans. Selon le gouvernement australien, le nombre de fumeurs âgés de 14 à 18 ans a diminué de 2,3 % sur cette période.

Standardiser pour dissuader

Pour les jeunes, l’esthétique des paquets n’aurait pas beaucoup d’influence sur le tabagisme. Surtout pour cette lycéenne, catégorique : « Qu’il y ait un packaging ou pas, on achètera toujours des cloppes. La première que l’on fume, ce n’est pas le packaging qui nous attire, c’est parce que quelqu’un nous donne la fin de sa cigarette. »

Les buralistes se sont mobilisés hier dans plusieurs villes de France, déversant des tonnes de carottes devant les préfectures et Bercy. L'objet de la discorde, c'est le paquet de cigarette neutre : plus de marque ni de logo ou de couleur. L’amendement à la loi santé de la ministre Marisol Touraine prévoit des emballages identiques, de la même dimension, noirs avec, en gros, des photos chocs. Ces paquets existent déjà en Australie depuis trois ans. Selon le gouvernement australien, le nombre de fumeurs âgés de 14 à 18 ans a diminué de 2,3 % sur cette période.

Ce paquet neutre vise en priorité les non-fumeurs, notamment les jeunes, pour les dissuader d’allumer leur première cigarette. En France, l’expérience se fait entre 11 et 12 ans ! Soit, à l'entrée au collège. Mais les jeunes, justement, ne croient pas tellement au pouvoir de dissuasion de ces paquets neutres. Devant le lycée Carnot de Dijon, à la pause, les élèves sortent avec la cigarette déjà aux lèvres.

La première cigarette ne vient pas des bureaux de tabac

« Qu’il y ait un packaging ou pas, on achètera toujours des cloppes.»>

D’ailleurs, le professeur Louis Jeannin, président du Réseau Prévention Tabac en Côte d'Or, le sait « le jeune dont les parents fument, prendra surement sa première cigarette dans le paquet de sa mère ou de son père ». Le jeune n’ira donc pas acheter un paquet chez le buraliste avant d’être devenu accro. Ensuite, paquet neutre ou pas, « le mal est fait et le fumeur restera fidèle à sa marque », note le professeur Louis Jeannin.

Infographie : ventes de cigarettes et lois anti-tabac - Radio France
Infographie : ventes de cigarettes et lois anti-tabac © Radio France