Société

Dijon n'est pas l'Eldorado rêvé pour les migrants

Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne mardi 21 avril 2015 à 10:09

Le squat de la rue René Coty a été évacué mercredi matin
Le squat de la rue René Coty a été évacué mercredi matin © Faouzi Tritah - Radio France

Les bateaux coulent les uns après les autres en Méditerranée. Un naufrage a sans doute fait 800 morts en mer le week-end dernier au large de l'île italienne de Lampedusa. L'Union européenne annonce un sommet en urgence ce jeudi. Pour ceux qui arrivent à destination, l'eldorado tant attendu n'est pas au rendez-vous. Exemple à Dijon, où ces candidats à l'exil vivent dans des conditions difficiles.

A Dijon, depuis la fin de la semaine dernière, les demandeurs d'asile délogés du squat de la rue René-Coty, début avril, se sont trouvés un nouveau squat dans les anciens locaux des Restos du Cœur, impasse de Reggio, près du magasin Ikéa.

Un nouveau squat remplace l'ancien

À l'intérieur, 80 à 100 personnes se massent, surtout des jeunes hommes venus de la corne de l'Afrique, sans solution d'hébergement. Lles femmes et les enfants étant prioritaires, ils ont été dirigés vers les quelques places disponibles en logement d'urgence.

Thomas Nougaillon, journaliste à France Bleu Bourgogne, a visité ce squat en compagnie de François un membre du collectif de soutien. Nous avons rencontré Ousmane, 30 ans, l'un des demandeurs d'asile, dans son pays, le Tchad, il est mécanicien. La grande majorité des squateurs des anciens Restos du Cœur de Dijon sont en situation régulière en France et en attente de régularisation.

Visite du nouveau squat de Dijon avec Thomas Nougaillon