Société

Dijon : portrait d'un négociateur de la gendarmerie

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne lundi 25 janvier 2016 à 9:15

Cyril est négociateur depuis 2013, une fonction qu'il excerce par passion
Cyril est négociateur depuis 2013, une fonction qu'il excerce par passion © Radio France - Arnaud Racapé

Les négociateurs, ce sont ces gendarmes, hommes et femmes, que l'on appelle dans les situations les plus extrêmes: une prise d'otage, un forcené retranché chez lui, une personne suicidaire etc, pour désamorcer les crises. Onze d'entre eux étaient en formation à Dijon (21) la semaine dernière.

En région, ils existent depuis 2007 pour faciliter le travail du GIGN et éviter si possible son intervention. Ces négociateurs et négociatrices étaient en formation la semaine dernière à Dijon, en Côte-d'Or. Ce sont eux que l'on appelle en cas de situation d'urgence, par exemple lors d'une prise d'otage ou lorsqu'un forcené est retranché chez lui. Cette formation à Dijon, c'était l'occasion de rencontrer l'un d'entre eux, Cyril*, la trentaine, engagé dans la gendarmerie depuis 10 ans et négociateur de crise depuis 2013. Cette fonction, il l'exerce par passion mais aussi et surtout par goût des gens. 

Résoudre une situation de crise, c'est l'essence même de ce métier"

"C'est avant tout une passion, et la qualification de négociateur c'est un plus, qui permet d'aider les gens et d'être au contact de ces personnes. A l'heure actuelle je travaille dans le domaine judiciaire, où je suis un peu plus loin de la population, et cette qualification de négociateur me permet quand même d'aider les gens. La satisfaction de résoudre une situation de crise, c'est l'essence même de ce métier. On ne fait pas ça pour l'argent, ni pour la gloire. On fait ça pour éviter que certaines personnes ne récidivent, c'est vraiment ce que l'on recherche."

Aider les gens à s'en sortir

Pour Cyril, les principales qualités requises pour cette fonction sont avant tout humaines : "_l_a psychologie, le dialogue, avoir de l'empathie, vraiment aimer les gens, les aider à s'en sortir."

C'est au contact des gens justement, qu'il a débuté, dans le civil d'abord dans un club de handball puis en brigade territoriale après son embauche. C'est là que ce grand gaillard aux épaules carrées a découvert la force de la négociation . "Je me suis rendu compte que la force ne réglait rien. En négociant, on ne ment pas aux gens. On essaie de trouver une solution et qu'il y trouvent un intérêt, pour éviter la récidive."

Pour Cyril, les principales qualités requises pour cette fonction sont humaines - Radio France
Pour Cyril, les principales qualités requises pour cette fonction sont humaines © Radio France - Stéphanie Pérenon

Sa parole est posée, et chaque phrase s'accompagne d'une gestuelle des mains ..sans doute l'habitude de vouloir convaincre. Mais sa fonction, l'expose aussi au danger .. alors comment réagit il quand il est appelé ? "Il y a du stress, mais un stress positif. Je suis content de partir en intervention, c'est pour ça que j'ai été formé."

Pas de prime, une récompense intellectuelle

Sa compagne, gendarme également, est souvent angoissée pour lui mais fait confiance à ses collègues pour le protéger. Elle s'est faite à ses départs imprévus, car Cyril n'éteint jamais ses deux portables, il le sait c'est un engagement total, sans prime supplémentaire il faut le souligner. De toute façon ce n'est pas 'argent qui le fait courir : Ce qu'on gagne à la fin, c'est cette sensation d'avoir sauvé quelqu'un, et c'est indescriptible."

Pour le moment il n'a jamais connu d'échec, mais il sait l'importance des débriefings sur le terrain, ces échanges avec les collègues pour faire retomber la pression et surtout rectifier le tir pour les prochaines interventions. Selon les chiffres du chef de la communication des gendarmes en Bourgogne, en 2015, les négociateurs bourguignons ont procédé à 21 interventions : 12 pour des personnes retranchées ou des forcenés, 5 pour des personnes suicidaires et une fois pour une rétention familiale. Ils ont été déterminants à 10 reprises.

*Il n'a pas souhaité donner son nom de famille.