Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Diocèse de Bordeaux : le père Ayliès, curé de Bacalan, ne démissionnera pas

lundi 7 mai 2018 à 19:38 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Le père Francis Ayliès avait exprimé sa volonté de quitter le diocèse de Bordeaux pour protester contre la nomination de Monseigneur Le Vert, proche des traditionalistes, comme évêque auxiliaire de Bordeaux. Il est finalement revenu sur sa décision.

Le père Francis Ayliès, lors d'une préparation au baptême pour deux adultes en 2009
Le père Francis Ayliès, lors d'une préparation au baptême pour deux adultes en 2009 © Maxppp -

Bordeaux, France

Après avoir annoncé sa volonté de démissionner, le Père Francis Ayliès fait finalement machine arrière. Il aura fallu une médiation menée par l'archevêque de Bordeaux Jean-Pierre Ricard pour convaincre le prêtre en charge du secteur des Bassins à Flots de rester.

Le 12 mars dernier, le père Francis Ayliès, curé du secteur des Bassins à Flots,  avait évoqué dans un courrier électronique adressé à ses fidèles les raisons qui le poussaient à démissionner, prenant cette nomination comme "une attaque personnelle". Les deux hommes s'étaient connus par le passé au sein de la  fraternité catholique Communauté Saint-Martin, considérée comme traditionaliste. 

"Ma décision est totalement dépendante de la nomination de Jean-Marie Le Vert comme évêque auxiliaire de Bordeaux. Elle suscite en moi de nombreuses questions théologiques, institutionnelles et affectives."  Le père Francis Ayliès, dans le courrier envoyé en mars aux paroissiens. 

Avant son arrivée à Bordeaux, Monseigneur Le Vert avait été suspendu en 2014 par le Pape François, officiellement pour raisons de santé. Mais officieusement, ses méthodes étaient jugées trop rigoristes notamment envers les laïcs. Apprécié par les paroissiens des églises Saint Rémi de Bacalan  et Saint-Martial des Chartrons, de nombreux fidèles avaient exprimé "leur tristesse" de voir le père Ayliès,  partisan d'une Église plus ouverte, s'en aller. En 2012, cette figure atypique du clergé girondin, écrivain à ses heures, proche du monde des arts, avait lancé "une messe ailleurs", un concept de messe délocalisée pour toucher un public éloigné de l'Église. 

L'archevêque Jean-Pierre Ricard dans le rôle du médiateur 

Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, est intervenu pour calmer les esprits. Il a rencontré à deux reprises le père Francis Ayliès.  Il lui a rappelé son devoir d'obéissance vis-à-vis de sa hiérarchie, mais aussi la nécessité de ne pas abandonner ses paroissiens. La médiation a abouti puisque le prêtre a accepté de conserver sa charge. Les fidèles espèrent maintenant que le père Francis Ayliès et Monseigneur Le Vert arriveront à cohabiter: "Ce serait regrettable qu'ils n'arrivent pas à s'entendre. Parce que sinon, les divisions seront ravivées entre les progressistes et les traditionalistes, ce qui ne contribuera pas à faire avancer l'église", conclut une paroissienne.