Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus en Centre Val de Loire : un impact économique déjà très fort

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu

Le Préfet de la Région Centre Val de Loire organise ce mardi après midi une conférence de presse, en présence de François Bonneau, Président du Conseil Régional. Mesures économiques, règles pour les marchés alimentaires. Le détail des mesures.

Pierre Poëssel, Préfet de la Région Centre Val de Loire
Pierre Poëssel, Préfet de la Région Centre Val de Loire © Maxppp - Guillaume Bonnefond

Une conférence de presse a été organisée ce mardi après midi à la Préfecture de région, à Orléans, sur les mesures économiques liées à la crise du coronavirus. Il s'agit d'une réunion en audio-conférence avec plusieurs services de l'Etat, des collectivités locales et de la BPI, la banque publique d'investissement. " La première priorité du gouvernement, c'est la santé. D'où les nouvelles mesures de restriction annoncées hier soir" selon Pierre Pouëssel, le Préfet de Région. Mais, la deuxième priorité, "c'est la continuité de la vie économique", une cellule de crise spécifique a été mise en place. 

Les mesures prises par la Région Centre Val de Loire 

" Il nous faut une clarté des messages et une complémentarité des actions" attaque François Bonneau, le Président de la Région Centre Val de Loire. Le Conseil régional va débloquer 5 millions de prêts via son dispositif Cap Rebond. Il va également abonder le Fonds National de solidarité à hauteur de 8 à 10 millions d'euros pour aider les petites entreprises. Par ailleurs, une enveloppe de 2 millions d'euros va aussi être engagée pour les entreprises déjà en difficulté et pour leur éviter le dépôt de bilan. Ces dispositifs s'adressent aussi aux entreprises agricoles : horticulteurs, pépiniéristes.. et aux entreprises spécialisées dans l’événementiel.

Où en est t-on des mesures de chômage partiel ?

Un nouveau dispositif a été mis en place, avec effets rétroactifs, au 1er mars assure la DIRECCTE, la direction Régionale du Travail. Dorénavant, l'indemnisation pour les entreprises sera de 70 %. Les assistants maternels et les aides à la personne pourront aussi en bénéficier, ce qui n'était pas le cas jusque là. Les demandes pour les employeurs sont à déposées sur un serveur, Agence de Service de Paiement, qui est actuellement saturé. 

Le chômage partiel, ce n'est pas open bar - Le Préfet de Région 

Dans la Région, des demandes ont été faites pour 14.600 salariés soit 5,4 millions d'heures sur 1.015 entreprises.  Ce sont des données arrêtées à vendredi dernier mais ce bilan "pourrait évoluer de façon importante" dans les prochains jours. "L'activité partielle n'est pas automatique" rappellent les services de la Direccte. " Il faut avoir des problèmes d'approvisionnement, d'activité ou ne pas pouvoir mettre ses salariés en télétravail." Le dispositif est large mais ce n'est "open bar" insiste le Préfet de Région. 

Le report des cotisations fiscales pour les entreprises 

Le dispositif présenté le 13 mars monte en puissance pour permettre aux entreprises de retrouver de la trésorerie. Toutes les entreprises ont la possibilité d'avoir un report de leurs échéances fiscales donc tous les impôts directs notamment l'impôt sur les entreprises, les taxes sur les salaires. Il faut que les entreprises se connectent directement sur le site des impôts pour reporter leurs échéances. Dans le Loiret, 430 entreprises ont demandé à bénéficier de ces demandes de report (qui ne concerne pas la TVA) soit un montant de 10 millions d'euros. 94 % des demandes ont déjà été traitées par les services des impôts.

Le Fonds National de solidarité va lui se mettre en place progressivement. Il y a encore des arbitrages selon les services des impôts. Seules les petites entreprises de moins de 10 salariés pourront en bénéficier à quelques conditions : avoir un chiffre d'affaire inférieur à 1 million d'euros en 2019 et justifier d'une baisse de chiffre d'affaire d'au moins 70% entre mars 2019 et mars 2020. Elles pourront avoir une allocation de 1.500 euros. Le dispositif fonctionnera en avril.

Le report des cotisations sociales pour les entreprises 

Dans la Région Centre Val de Loire, 12.900 entreprises ont déjà demandé un report de leurs cotisations sociales soit un montant de 82 millions d'euros. 23.000 travailleurs indépendants ont eu un report automatique de leurs cotisations soit 24 millions d'euros.

Ce sont les services de l'Urssaf qui gèrent ces reports. Dans la Région, tous les sites de l'Urssaf sont fermés mais tous les agents travaillent en télétravail. Dans ce contexte difficile, les services de l'Urssaf suspendent tous les contrôles.

Pour avoir des informations sur ces dispositions, les chambres consulaires ( Chambre de commerce, Chambre de Métiers et d'Artisanat) peuvent aussi être sollicitées. Un numéro vert est également mis en place au niveau régional pour les entreprises qui connaissent des difficultés : le 0.969.370.240.

Les prêts bancaires pour les entreprises

La BPI, la Banque publique d'investissement, se portera garante pour les entreprises qui ont besoin d'un prêt. Ce PGE, prêt garanti par l'Etat, sera plafonné à 25% du chiffre d'affaire annuel soit 3 mois d'activité. Le taux sera autour de 0,25% et il n'y aura pas de remboursement sur la première année. Pour les modalités, l'entreprise doit d'abord se rapprocher de sa banque qui donnera un pré-accord. L'entreprise se connectera ensuite sur une plateforme dédiée : attestation-pge.bpifrance.fr. Cela ne concerne que les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel en temps ordinaire est inférieur à 1,5 milliard d'euros et dont l'effectif est inférieur à 5 000 salariés. Pour les autres entreprises, les dossiers seront directement examinés par Bercy.

L'approvisionnement dans les magasins alimentaires

" La chaîne logistique tient et les approvisionnements aussi" assure le Préfet de la Région.  Après, quelques usines de l'agro-alimentaire peuvent connaitre des difficultés pour avoir par exemple du gaz pour les sachets de salade sous vide ou des emballages pour le lait. 

Quid des marchés alimentaires en plein air ? 

Suite au décret gouvernemental sur l'interdiction des marchés alimentaires en plein air, les Préfectures de la Région Centre Val de Loire vont prendre contact avec les maires." Il y aura des dérogations dans deux cas seulement" assure Pierre Pouëssel.

-  Dans les quartiers isolés, les marchés seront maintenus comme le marché de Saint Aignan à Pithiviers, qui a lieu les samedis matin. Sur Gien, en revanche, il n'y aura aucun marché à la demande du maire, Christian Bouleau. 

- Dans les petites communes rurales et isolées, les préfets souhaitent le maintien des marchés le plus possible. Concernant les Halles de Tours et d'Orléans, "la décision de les maintenir n'a pas encore été tranchée" avoue Pierre Pouëssel. Une liste des dérogations sera élaborée dans les prochaines heures, en lien toujours avec les maires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu