Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la situation ce vendredi dans les Pyrénées-Orientales

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Roussillon

Suivez avec nous en direct l'évolution de la pandémie de coronavirus dans les Pyrénées-Orientales. Cet article est mis à jour tout au long de la journée ce vendredi.

Pêchers en fleurs devant le massif du Canigou
Pêchers en fleurs devant le massif du Canigou © Radio France - François DAVID
  • Selon le dernier bulletin de l'agence régionale de santé publié ce vendredi soir, l'épidémie de coronavirus a fait une neuvième victime dans les Pyrénées-Orientales au cours des dernières 24 heures,et 113 malades sont accueillis au sein du centre hospitalier de Perpignan, dont 32 en réanimation. 
  • Les pharmacies du département ne recevront aucune nouvelle livraison de masques cette semaine, et ceux qui viennent d'être distribués aux soignants du département sont parfois périmés depuis 10 ans. 
  • Le préfet n'envisage pas pour l'instant une désinfection des rues et autorise certains marchés de Perpignan. 
  • Profitant de cette situation de crise, des malfaiteurs sévissent au Barcarès, et un détenu suspecté d'être contaminé a tenté de s'échapper lors d'un dépistage à l’hôpital de Perpignan. 
  • L’évêque de Perpignan annonce qu'il va célébrer dimanche une messe virtuelle. 
  • En Catalogne, la situation devient catastrophique avec 880 morts (dont 208 au cours des dernières 24 heures). 
                          . - Aucun(e)
. -

Aucune livraison de masques cette semaine dans les pharmacies du département

N'espérez pas trouver des masques ces prochains jours dans les pharmacies des Pyrénées-Orientales ! "Il n'y aura aucune nouvelle livraison cette semaine", déplore Bruno Galan, pharmacien à Palau-del-Vidre et président régional de l'Ordre des pharmaciens. Depuis le début de la crise, les officines du département n'ont été livrées qu'à deux reprises par l'Etat (500 masques à chaque fois), mais ces stocks totalement insuffisants sont épuisés depuis longtemps. 

Bruno Galan exprime sa colère sur France Bleu Roussillon : "Qu'on nous dise, une bonne fois pour toutes, où sont les masques ! Quand seront-ils livrés ? On nous a promis 25 millions de masques par semaine : on ne les a pas eus. On nous dit que 250 millions de masques ont été achetés. Où sont-ils ?".

Des infirmiers des PO reçoivent des masques périmés et douteux

La plupart des masques FFP2 reçus ces derniers jours dans le département datent de 2009 et 2013. "Quand j'ai voulu essayer ces masques, je me suis aperçu que la mousse qui protège au niveau du nez était en peu molle et quand j'ai passé mon doigt, la mousse s'est effritée... Encore une fois, on se moque de nous", s'insurge Jean-Luc Gesson, un infirmier libéral de Perpignan contacté par France Bleu Roussillon. "Avec ce genre de masques, je me sens tout nu et forcément je vais tout attraper et tout transmettre aux autres. J'ai l'impression d'être une  passoire !

Pas de désinfection des rues dans les Pyrénées-Orientales

Lors d'un live sur facebook ce soir, le préfet des Pyrénées-Orientales indique qu'aucune désinfection des rues ou des espaces publics n'est prévu pour l'instant dans le département. Mais Philippe Chopin explique que cette question est actuellement étudiée au niveau national, à la demande du gouvernement.  

Interrogé par une habitante, le préfet répète qu'il n'est pas question pour l'instant d'élargir à d'autres communes le couvre-feu décrété depuis une semaine à Perpignan. Une nouvelle fois, il appelle la population à respecter le confinement, en précisant n'être lui-même "sorti que trois fois au cours des 15 derniers jours".

Un détenu de Perpignan profite d'un dépistage au coronavirus pour tenter de s'évader

Est-il vraiment porteur du virus ou bien a-t-il simulé ? Selon des syndicats de surveillants, un détenu de la maison d'arrêt de Perpignan a tenté cette nuit de s'évader alors qu'il venait d'être transféré à l'hôpital pour un dépistage. Après plusieurs heures en observation, vers 5h30, alors que le surveillant (qui ne pouvait pas être relevé) est aux toilettes, le détenu jette alors un appareil sur un soignant avant de prendre la fuite. L'homme sort du bâtiment, escalade la barrière de l'hôpital, arrive sur la voie publique avant d'être finalement rattrapé et maîtrise par trois surveillants quelques centaines de mètres plus loin.  Deux d'entre eux sont donc intervenus sans aucune protection. 

Cet homme de 23 ans, déjà condamné à plusieurs reprises pour détention d'armes et vols avec effraction, est en détention provisoire depuis 18 mois dans une affaire de "séquestration, enlèvement et agression sexuelle". 

Des arnaqueurs profitent de la situation au Barcarès

Selon la gendarmerie des Pyrénées-Orientales, des individus "peu scrupuleux" tentent de profiter de la situation de crise sanitaire "pour se livrer à des actes aussi innommables que répréhensibles. ils n’hésitent pas à se présenter devant le domicile de personnes âgées et à déclarer qu’ils sont chargés de recueillir des fonds pour venir en aide aux personnels soignants. Aucune opération de ce type n'est organisée de cette manière ! Deux cas nous ont été signalés tout récemment au Barcarès". 

Face au risque de cambriolage accru, le commandant du groupement de gendarmerie assure que la surveillance est renforcée autour des commerces et des entreprises fermés pour cause de confinement. Il annonce aussi le lancement dés la semaine prochaine d'un dispositif dans le département pour lutter contre la hausse violences conjugales pendant cette période de confinement : "il y a aura des prises de contacts régulière avec celles qui sont le plus exposées aux violences". 

L'hécatombe se poursuit en Catalogne

Selon le dernier bilan officiel, le coronavirus a fait plus de 880 victimes en Catalogne, soit 208 décès de plus en l'espace de 24 heures. Dans la région, prés de 13.000 personnes ont été testées positives et 20% sont des professionnels de santé. Les Mossos d'Esquadra annonce un dispositif exceptionnel ces deux prochains jours, avec 200 points de contrôle sur les route, pour contrôler les déplacements et vérifier que personne ne profite du week-end pour se rendre à la plage ou dans une résidence secondaire. 

Vous pouvez toujours accoucher dans les Pyrénées-Orientales !   

En cette période de confinement, les maternités de l’hôpital de Perpignan et de la clinique Méditerranée (ex Notre-Dame de l'Espérance) restent ouvertes. Cependant, les deux maternités s'adaptent. Si une personne peut toujours accompagner la mère lors de l'accouchement, cet accompagnant devra être "évalué" par le personnel médical via notamment une prise de température. L'accompagnant ne pourra pas rester avec la mère de l'enfant après la naissance. 

Toutes les visites post-accouchement restent interdites. A la clinique Méditerranée, le wi-fi est gratuit pour toutes les mamans afin de pouvoir échanger à volonté avec le reste de la famille.  A l'hôpital, les échographies, elles, se déroulent désormais uniquement avec la mère. Les cours de préparation à la naissance devront désormais être assurés par des sage-femmes libérales.  Notez qu'en cas de suspicion covid, la mère accouchera dans une unité spéciale de l'hôpital de Perpignan. A ce jour, selon les chercheurs, il est très rare que les bébés nés de mères malades soient porteurs du virus.

les enfants du personnel soignant accueillis aussi le week-end 

Le dispositif exceptionnel mis en œuvre dans les écoles et collèges de l’académie de Montpellier pour accueillir les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 est également déployé le week-end dans toute l’académie. Les enfants du personnel soignant seront aussi accueillis pendant les vacances de Printemps. Afin que ce dispositif puisse perdurer, il est demandé aux parents intéressés dans les Pyrénées Orientales de s'inscrire grace à ce formulaire en ligne. 

Des repas chauds distribués aux routiers sur l'aire du village catalan

Ils sont seuls dans leurs cabines à tailler la route. Pour les routiers qui le souhaitent, Vinci met en place des food-trucks sur des aires d'autoroute et distribue des repas chauds gratuits. Car les restaurants traditionnels des aires d'autoroute sont pour la plupart fermés. Ces repas sont bien sûr à emporter, confinement oblige, mais Vinci dit vouloir offrir "un bon moment pour faire société", le temps d'un "bain de solidarité". 

En Occitanie, deux aires d'autoroute sont concernées, sur l'autoroute A9 : Ambrussum-sud entre Montpellier et Nîmes, et Village Catalan au sud de Perpignan. Cette opération menée ce vendredi soir sera reconduite sur ces deux aires d'autoroute mercredi 1er avril et vendredi 3 avril.  

Food-truck sur le parking poids-lourds d'une aire d'autoroute à l'heure du repas - Radio France
Food-truck sur le parking poids-lourds d'une aire d'autoroute à l'heure du repas © Radio France - Vinci Autoroute

L’évêque de Perpignan-Elne va célébrer une messe virtuelle

Face à l'interdiction de rassemblement, le diocèse de Perpignan-Elne s'adapte pour ne pas abandonner les fidèles. Dimanche à 10 heures, Monseigneur Turini célébrera donc une messe depuis l’Évêché retransmise en direct sur la page facebook et la chaine youtube du diocèse.  Cette célébration est organisée "à l’intention toute particulière de l’ensemble des personnes qui (...) sont à pied d’oeuvre pour faire fonctionner le pays, permettre à tous nos concitoyens de vivre et manger, prendre en charge les malades et les accompagner, maintenir l’ordre républicain...". Une quête en ligne est  également mise en place !

Une entreprise de Perpignan stoppe sa production pour fabriquer du gel hydroalcoolique

Une entreprise de Perpignan a choisi de mettre son activité habituelle en suspend pour participer à l'effort national contre l'épidémie de coronavirus. Spécialisée dans la fabrication de cosmétiques naturels et bio depuis 1972, les laboratoires Roig  se consacrent désormais exclusivement à la production de gels hydroalcooliques. A ce jour, près de 2 800 litres ont déjà été produits "par une équipe soudée et mobilisée mais restreinte par mesures de sécurité", explique l'entreprise. Pour pérenniser son action, les laboratoires Roig recherchent activement une société pouvant leur fournir de l'alcool à 96°.   

A Perpignan, les laboratoires Roig stoppent leur activité habituelle pour produire du gel hydroalcoolique - Aucun(e)
A Perpignan, les laboratoires Roig stoppent leur activité habituelle pour produire du gel hydroalcoolique -

Certains marchés de Perpignan autorisés par la préfecture 

La mairie de Perpignan indique ce matin à France Bleu Roussillon que les marchés alimentaires en plein air pourront bien se tenir place de la République, au Moulin à vent, Place de Belgique et aux Halles Vauban. En revanche, les marchés de la place Cassanyes et Torcatis restent annulés. Jean-Marc Pujol, le maire de Perpignan explique : "Chaque étal devra espacé de cinq mètres. Les commerçants devront obligatoirement porter masques et gants. Les clients auront interdiction de se trouver à moins d'un mètre des étals et de toucher les fruits et légumes. Une table régulièrement désinfectée devra être installée de façon à déposer l'argent et les achats sans que commerçants et clients ne se trouvent trop près l'un de l'autre. La police municipale veillera au bon fonctionnement."  

Ces derniers jours, 32 marchés avaient déjà été autorisés dans les Pyrénées-Orientales. Retrouvez toute la liste ici.

Création d’un centre de consultation médicale Covid-19 à Osseja     

Après Font-Romeu, un deuxième centre de consultation médicale entièrement dédié au covdi-19 ouvre ses portes ce matin en Cerdagne, sur la commune d'Osséjà (c'est le 11eme dans le département). Il s'adresse aux malades qui présentent les symptômes de la maladie, sans qu'il n'y ait un caractère d'urgence. Ce centre, ouvert du lundi au dimanche de 8h à 18h30, se situe au Pôle jeunesse intercommunal, rue du Canigou, 66340 Osseja. Le secrétariat du centre est joignable au 04 68 04 50 46.  

Les coordonnées de l’ensemble des 11 centres de consultation COVID-19 dans le département sont accessibles sur le site internet de la préfecture des Pyrénées-Orientales : http://www.pyrenees-orientales.gouv.fr/

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu